Du bon usage d'Instagram: ne pas voler les photos des autres

Le photographe Sion Fullana a démasqué le "vol"
Le photographe Sion Fullana a démasqué le "vol" - © Twitter

Depuis qu'il y a des photos sur internet, "on" se les approprie, le plus souvent illégament. Mais avec des plateformes comme Instagram, la tentation est encore plus grande. Et cette fois le voleur s'est fait pincer: il s'agissait du magazine Vogue Espagne.

C'est TheNextWeb qui raconte l'histoire qui est arrivée au photographe espagnol vivant à New York Sion Fullana.

Deux de ses photos ont été purement et simplement volées et recopiées par VogueSpain sur son compte Instagram.

Le photographe s'en est rendu compte évidemment, et si ce n'avait pas été lui, cela aurait pu être un de ses 72 000 abonnés...

"Sorry"

Le compte VogueSpain a d'abord été fermé, puis rouvert mais sans les photos "'piquées". Un mot d'excuse est ensuite apparu dans les commentaires d'une autre photo, parlant d'une "erreur", puis d'une image proclamant l'amour du magazine pour les artistes et un "sorry" dont il est difficile de savoir à qui il s'adresse.

Conclusion, cet incident est l'occasion pour TheNextWeb de se pencher sur la diffusion de photos via des plateformes comme Instagram, Filckr, 500px ou Google+.

Celles-ci restent utiles pour diffuser le travail des photographes. Certains optent pour un filigrane, mais cela affecte évidemment la qualité de la photo.

Restent donc les règles, mais à condiction qu'elles soient respectées. Le site rappelle donc les principes de CreativeCommons qui régissent cette licence. Une lecture utile, y compris pour les professionnels de la presse...

 

JFH

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK