Droits d'auteur et révolution numérique: "La voix culturelle de l'Europe est presque en danger"

Droits d'auteur et révolution numérique: "La voix culturelle de l'Europe est presque en danger"
Droits d'auteur et révolution numérique: "La voix culturelle de l'Europe est presque en danger" - © ANTHONY DEHEZ - BELGA

Avec le développement d'internet et des plateformes de partage, la législation européenne autour des droits d'auteur avait un sérieux besoin de remise à niveau. Ce mercredi 12 septembre, le Parlement doit (une nouvelle fois) se pencher sur un projet de directive adaptant les droits d'auteur au numérique. Ce projet fait l'objet depuis deux années d'un intense lobbying, avec d'un côté le monde culturel et des éditeurs de presse et de l'autre, les GAFA, qui prônent un internet "sans entrave", au nom de la liberté numérique. En juillet dernier, le Parlement avait rejeté cette réforme, augmentant encore plus les tensions entre les protagonistes.

Car cette nouvelle directive prévoit l'instauration d'un droit voisin en ligne — l'article 11 —, où les plateformes numériques devront verser un revenu aux éditeurs de presse si elles utilisent leurs productions, et d'un système de filtrage du contenu téléchargé/diffusé sur la toile — l'article 13. A l'heure actuelle, les modalités de ces deux systèmes restent flous et sujettes à débat.

Le métier d'auteur compositeur deviendra "un hobby un plein temps"

Matthew Iron, chanteur du groupe belge Puggy, s'est exprimé au micro de la RTBF à propos de cette réforme, évoquant la situation actuelle où beaucoup d'auteurs-compositeurs ne sont pas justement rémunérés lorsque leurs œuvres sont partagées/utilisées sur le web.

"Je pense que tout le monde le sait, ce n'est pas un secret que la redistribution, pour l'instant, est vraiment minime par rapport à l'argent qui est généré. Moi, évidemment, je viens d'une génération où on avait encore beaucoup de chance par rapport aux droits générés. Je ne peux pas vraiment trop m'en plaindre. Je vois la différence pour le coup. Et ce qui est vraiment très effrayant, c'est de voir qu’en danger, pour l'instant, est le métier d'auteur compositeur. Moi, évidemment, je fais d'autres métiers également : je suis également interprète et de temps en temps, je suis animateur télé, aussi, pour l'instant. Donc, j'ai d'autres revenus."

"Mais les revenus d'auteurs-compositeurs sont en danger. La voix culturelle de l'Europe est presque en danger, parce que c'est un métier qui ne pourra plus continuer. Les gens qui seront créateurs ne pourront plus vivre dès lors. Donc ça deviendra vraiment un hobby à temps plein."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK