Des jeux vidéo, dont "Fortnite", sont utilisés pour blanchir de l'argent sale

Une session de jeu Fortnite
Une session de jeu Fortnite - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le jeu vidéo Fortnite, lancé en 2017, est devenu l'un des plus populaires au monde: fin 2018, il comptait plus de 200 millions de joueurs. Ce jeu, qui est disponible sur quasiment toutes les plateformes, est gratuit. Mais les joueurs peuvent progresser plus rapidement en achetant des V-bucks, une monnaie virtuelle qui sert à acquérir des objets ou des armes qui seront utilisés par les personnages du jeu. The Independant a révélé il y a quelques jours, avec l'aide de la société de cybersécurité Sixgill, que des malfaiteurs se servaient des V-bucks pour blanchir de l'argent sale.

Ces cybercriminels se servent de cartes de crédit volées pour acheter des V-bucks ou des accessoires virtuels. Ces derniers sont ensuite revendus moins chers sur des réseaux sociaux (Facebook ou Instagram), parfois aussi sur le dark web. Interrogé par The Independant, un analyste de Sixgill souligne les faibles mesures de sécurité mises en place par Epic Games (l'éditeur de Fortnite), et la facilité qu'il y a d'échanger des V-bucks à prix réduit.

Monnaie virtuelle et PayPal

Utiliser les jeux vidéo pour blanchir de l'argent sale n'est pas une idée neuve. Comme le casino classique, le casino en ligne est bien sûr utilisé. Selon Gammalaw, des dizaines de millions de dollars pourraient transiter chaque année illégalement par cette filière.

En 2013, un rapport auprès de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime identifiait les méthodes utilisées par les cybercriminels pour le blanchiment. L'une d'entre elles consiste à créer de nombreux comptes sur divers jeux en ligne, et à transférer plusieurs fois l'argent d'un compte à l'autre afin de le rendre plus difficilement traçable. Les criminels privilégient les jeux qui utilisent une monnaie virtuelle, que les joueurs peuvent acheter avec une carte de crédit prépayée ou volée, ou avec un compte PayPal, ou via une autre monnaie virtuelle, ou encore via un site de vente et d'achat d'or. Au début des années 2010, les jeux Second Life (avec sa monnaie virtuelle le dollar Linden) et World of Warcraft (avec ses "tokens" WoW) étaient cités sur certains forums de cybercriminels.

Une étude universitaire britannique menée en 2017 révèle aussi que les jeux Minecraft, FIFA, Final Fantasy, Star Wars Online et GTA 5 ont également été utilisés pour blanchir de l'argent sale. Ces jeux permettent des interactions secrètes avec d'autres joueurs et offrent la possibilité d'échanger des devises ou des biens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK