Des enfants forcés de s'excuser pour le terrorisme, la vidéo qui choque

Des enfants forcés de s'excuser pour le terrorisme, la vidéo qui choque
2 images
Des enfants forcés de s'excuser pour le terrorisme, la vidéo qui choque - © Tous droits réservés

La vidéo, diffusée aux Pays-Bas, montre des parents qui poussent leur enfant à s'excuser pour les récents actes de terrorisme commis par "des gens qui leur ressemblent". L'occasion selon son réalisateur néerlandais, Abdelkarim El-Fassi, connu pour ses prises de position, de susciter le débat autour de la notion de "culpabilité par association".

Postée sur Youtube depuis le 4 février, c'est le site internet de la Radio Télévision Suisse francophone (RTS) qui en parle. "L'idée est de montrer comment des communautés sont la cible de critiques injustifiées lors d'attaques terroristes", explique le média qui rappelle qu'"après les attentats de Charlie Hebdo, il a par exemple été demandé aux musulmans de condamner l'acte terroriste".

Voilà comment cinq enfants finissent par se sentir coupables et s'excusent pour des actes qu'ils n'ont pas commis :

Sur Youtube, son réalisateur explique que, ces dernières années, il y a une certaine pression sur la communauté musulmane, pour qu'elle s'excuse pour des faits, et en particulier des actes terroristes, qu'elle n'a pas commis. Ce qui provoque, selon lui, une certaine "culpabilité par association" et engendre "la ségrégation".

A travers ce qu'il qualifie de court métrage éducatif, Abdelkarim El-Fassi entend dénoncer ces préjugés qui endommagent l'estime de soi et la confiance de ces enfants trop souvent stigmatisés. "Voyez, dit-il, la rapidité avec laquelle un jeune garçon qui rêve de devenir un super-héros, se considère après quelques échanges comme un méchant."

"Cela doit cesser, sinon le problème va s'envenimer avec les générations à venir. Je ne veux pas que mon neveu Hamza, que l'on peut voir dans le film, soit tenu responsable de faits qui n'ont rien avoir avec lui. Il est d'une troisième génération néerlandaise et marocaine. Rien ne justifie qu'il soit traité différemment de ses pairs blancs", conclut-il.

C. Biourge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK