Déontologie: les plaintes reçues par le CDJ concernent surtout les médias en ligne

 Muriel Hanot, secrétaire générale du CDJ
Muriel Hanot, secrétaire générale du CDJ - © Archive RTBF

Le Conseil de déontologie journalistique (CDJ) a reçu 129 plaintes en 2016, un record depuis la création en 2009 de cet organe d'autorégulation des médias francophones et germanophones de Belgique. Pour la première fois, les plaintes visent davantage les sites internet des médias que leur support traditionnel, ressort-il également de son rapport annuel présenté mercredi.

Les 126 plaintes comptabilisées en 2016, une hausse de 42% en un an, ont été adressées par 1.302 plaignants. De plus en plus, des citoyens se mobilisent sur les réseaux sociaux pour envoyer "des plaintes formulées sous un mode pétitionnaire. C'est quelque chose qu'on n'avait pas imaginé lors de la création du CDJ", a relevé son président Marc de Haan.

La Une des journaux de Sudpresse titrée "Invasion de migrants. La côte belge menacée!" a mobilisé ainsi à elle seule 1.008 plaignants. Dans son avis d'octobre dernier, le CDJ leur avait donné partiellement raison, estimant notamment que le média n'avait pas respecté la vérité.

"Des événements majeurs ou des affaires médiatiques retentissantes, comme les attentats ou l'affaire Wesphael, ont suscité de nombreuses questions et réactions", pointe aussi le CDJ dans son rapport annuel.

Respect de la vérité

Tandis que l'instance gagne en notoriété, le public est de plus en plus attentif au respect de la déontologie sur les sites internet des médias, a souligné par ailleurs Muriel Hanot, qui a succédé à André Linard comme secrétaire générale du CDJ le 1er mai 2016. Ces sites sont visés exclusivement dans 33% des plaintes, contre 28% pour les quotidiens écrits (avec ou sans déclinaison web) et 26% pour la télévision (avec ou sans déclinaison web).

Parmi les plaintes, 76 ont donné lieu à l'ouverture d'un dossier, dont 27 ont débouché sur un avis du CDJ. Dans 51% des cas, ces avis constatent des manquements déontologiques, une proportion stable par rapport à 2015.

Le respect de la vérité reste, de loin, la norme déontologique la plus évoquée. Mais le CDJ observe une sollicitation de plus en plus fréquente des règles relatives au droit des personnes ainsi qu'à la stigmatisation et aux stéréotypes.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir