Le dessinateur belge Didier Comès nous a quittés dans un dernier silence

Le dessinateur belge Didier Comès nous a quittés dans un dernier silence
5 images
Le dessinateur belge Didier Comès nous a quittés dans un dernier silence - © Tous droits réservés

L'auteur de bandes dessinées Comès est décédé à l'âge de 70 ans. Le dessinateur a véritablement émergé au début des années 80, avec un roman graphique inoubliable en noir et blanc, "Silence", publié dans la revue "(A Suivre)" lancée par Casterman. Cette aventure mystérieuse et un peu fantastique lui a assuré une reconnaissance critique et publique énorme, et l'album a d'ailleurs connu un succès international. Le dessin de Comès et sa manière d'associer des noirs très profonds au blanc de la planche y était pour beaucoup.

Didier Comès, de son vrai nom Dieter Herman, était né en décembre 1942 à Sourbrodt, dans les cantons de l'Est, d'un père germanophone et d'une mère francophone. Son enracinement dans une zone frontalière souvent en guerre, l'univers des forêts, des campagnes et de la Fagne, des contes et des légendes, des femmes-sorcières et des animaux, ont façonné le monde de Comès.

Comès n'a publié qu'une douzaine d'albums, tous parus chez Casterman:  "Le Dieu vivant", son tout premier, reste d'inspiration fantastique, façon Philippe Druillet. "Silence", puis "La Belette", "Eve", "L'Arbre-Coeur" ou "Iris", "Dix de der", imposent vraiment sa marque personnelle.

Le dessinateur, l'un des piliers de la BD en noir et blanc avec son ami Hugo Pratt, n'avait plus publié ces dernières années.Il avait été mis à l'honneur l'an dernier lors d'une exposition de 250 planches originales proposées au Musée des Beaux Arts de Liège, grâce à une majorité de dessins originaux, des agrandissements, des esquisses.Des objets liés au chamanisme, prêtés par Claude Renard, et des sculptures en bronze, réalisées par Frank Pé (l'auteur de "Broussaille") venaient s'ajouter aux dessins.

Cette année, une exposition de 50 planches originales de Comès a également été présentée au public du Festival d'Angoulême 2013.

 

Alain Delaunois

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK