Des gélules de romarin pour Jane Birkin: les anecdotes des coulisses de festivals

 Que ce soit à Couleur Café, à l’Inc’Rock Festival, à Scène-sur-Sambre ou à Esperanzah où nous les rencontrons, Thierry et Alex ont eu l’occasion de croiser la route de nombreux artistes.
5 images
 Que ce soit à Couleur Café, à l’Inc’Rock Festival, à Scène-sur-Sambre ou à Esperanzah où nous les rencontrons, Thierry et Alex ont eu l’occasion de croiser la route de nombreux artistes. - © Guillaume Guilbert

Ils font partie des travailleurs de l’ombre, de ceux qui s’activent en coulisses pendant que les artistes assurent le spectacle sur scène. Depuis une dizaine d’années, Thierry et Alex travaillent bénévolement comme accueillants dans différents festivals. Leur job ? Accueillir les artistes, préparer leur loge, les accompagner pendant leur journée, leur indiquer où ils peuvent manger, se poser, leur donner l’heure pour les réglages sur scène, organiser le retour à l’hôtel…  Que ce soit à Couleur Café, à l’Inc’Rock Festival, à Scène-sur-Sambre ou à Esperanzah où nous les rencontrons, ils ont eu l’occasion de croiser la route de nombreux artistes et de voir "l’envers du décor".

Pour beaucoup de festivaliers, les coulisses des festivals sont des endroits inaccessibles, source de nombreux fantasmes, où les stars se retrouvent entre elles pour faire la fête. La réalité est parfois bien différente. "Il arrive qu’il y ait des artistes avec qui on a aucun contact, explique Thierry. Certains artistes ne mettent pas un pied dans leur loge : ils arrivent juste avant leur concert, ils jouent puis ils repartent. Dans ces cas-là, on a plus de contacts avec le manager qu’avec l’artiste en lui-même".

Matthieu Chedid "foncièrement humain" et Manu Chao "la crème de la crème"

Mais il arrive aussi que des artistes "traînent" en backstage et n’hésitent pas à échanger avec les bénévoles et les équipes techniques. Alex, par exemple, garde un très bon souvenir de la venue de Matthieu Chedid cette année à Couleur Café avec son projet Lamomali. "C’est quelqu’un de très chaleureux, très humain, très à l’écoute des gens, c’était vraiment une très belle rencontre, se souvient Alex. Lui et les autres membres du projet Lamomali (NDLR.: Oxmo Puccino, Toumani Diabaté…) étaient très accessibles. Matthieu Chedid, tu sens que c’est quelqu’un de foncièrement humain qui monte sur le bord de scène et qui dit bonjour à tous les techniciens, un vrai bonjour! Et après le concert encore, il a pris un moment pour me demander comment j’avais ressenti le concert."

Thierry, quant à lui, se souvient de sa rencontre avec Manu Chao qu’il a accueilli à Esperanzah il y a quelques années. "C’est la crème de la crème pour nous, s’exclame Thierry. C’est quelqu’un qui prend du temps en loge pour faire un petit morceau de guitare avec les bénévoles qui l’ont accueilli. La dernière fois qu’il a joué à Esperanzah, il est revenu le lendemain de son show pour dire au-revoir à toute l’équipe. Lui et son équipe étaient censés repartir de nuit, mais ils ont dormi dans leur camion, et ils ont tous débarqué le lendemain matin pour nous dire au-revoir. Quand ils viennent, ils vivent vraiment le festival, et ça c’est chouette".

Gélules de romarin et hamburgers du McDo

S’ils aiment échanger avec les artistes, Alex et Thierry sont avant tout là pour que ceux-ci se sentent bien et soient sereins avant de monter sur scène. Certains groupes font d’ailleurs parfois des demandes farfelues, ou en tout cas bien spécifiques. Pour répondre à ces demandes, les bénévoles doivent parfois se plier en quatre.

"Quand Jane Birkin est venue à Couleur Café, elle avait demandé des gélules de romarin pour sa voix, se souvient Alex. Nous n’en avions pas trouvées, et c’est finalement le jour de son concert, un dimanche, dans une herboristerie que l’on a trouvé ça". Il arrive aussi que certains artistes fassent des demandes complètement inattendues, prenant l’organisateur de court. "Un rappeur américain très connu a demandé à ce qu’on lui serve des hamburgers du Mc Donald au lieu de la nourriture prévue par le festival, continue Alex. Il voulait que son propre service de sécurité aille vérifier dans les cuisines du Mc Donald que les hamburgers soient bien préparés. Cela ne s’est pas fait au final, mais cela a été demandé".

Endormie dans sa loge

Comme les festivaliers, certains artistes aiment faire la fête quand ils passent dans les festivals. Il est arrivé que certains en abusent un peu trop, ce qui donne lieu à des situations embarrassantes dans les coulisses. "Je me souviens d’une chanteuse française qui, après son concert, est revenue en loge avec toute son équipe et sa famille, raconte Thierry. Vers 1h du matin, les musiciens sont partis, la famille aussi. Moi, je devais débarrasser la loge après leur passage. Vers 2h30, je suis quand mêmeallé voir si je pouvais commencer à débarrasser, et j’ai vu qu’elle dormait. Comme c’était le dernier jour du festival, on a commencé à démonter pendant la nuit: les scènes, le bar des artistes… Puis tout le monde a commencé à partir. Vers 4h30 du matin, je me suis dit que j’allais quand même aller voir où elle en était. Elle était toujours en train de dormir, la soirée avait dû être arrosée. J’ai fini par la réveiller en lui disant que nous étions lundi matin, que le festival était terminé depuis plusieurs heures et qu’il fallait tout doucement penser à rentrer. Elle a exigé un chauffeur pour la ramener à son bus. J’ai dû réveiller mon responsable qui est venu la chercher en voiturette de golf, c’était un peu chaud."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK