La diversité de plus en plus visible sur nos écrans, selon le CSA

Illustration Fadila Lanaan
Illustration Fadila Lanaan - © BELGA PHOTO VIRGINIE LEFOUR

A l'occasion de la présentation vendredi du baromètre 2013 du CSA en matière de diversité et de la troisième publication du panorama des bonnes pratiques pour l'égalité et la diversité dans les médias audiovisuels, la ministre de l'Audiovisuel Fadila Laanan a estimé que "le changement était en marche". Elle a toutefois reconnu qu'il était lent. Elle s'est réjouie de la présence accrue des femmes et des personnes d'origine étrangère à la télévision au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sur base des résultats des baromètres du CSA mis en place en 2010.

Le comité de pilotage du Plan diversité-égalité dans les médias audiovisuels, qui comprend l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes, le Centre pour l'égalité des chances, le CSA ou encore l'Association des journalistes professionnels, estime que la question de l'égalité et de la diversité à l'écran est aujourd'hui à l'agenda des médias.

En vue de la troisième publication du panorama des bonnes pratiques, le comité de pilotage a soumis à des éditeurs des plans de diversité en entreprise et des règlementations existant à l'étranger pour qu'ils les confrontent à leur quotidien.

"Dans la rédaction, malgré la crainte de se voir imposer des choses, il y a eu une prise en compte de la diversité (...)", a commenté vendredi le directeur de l'information de la RTBF, Jean-Pierre Jacqmin.

Le directeur général de Télé-Bruxelles, Marc De Haan, a estimé que sa chaîne figurait parmi les bons élèves, tout en ajoutant qu'il avait peu de mérite puisque Télé-Bruxelles ne faisait que refléter la diversité de la population bruxelloise. "Mais nous avons tout de même une volonté éditoriale", a-t-il précisé, avant d'énumérer une série d'émissions consacrées aux personnes d'origine étrangère, aux jeunes de quartiers et à au handicap. En matière de recrutement, il a souligné qu'il y avait peu de candidats issus de la diversité alors que la sélection est impitoyable surtout dans le contexte de crise actuel.

Alors qu'à Télé-Bruxelles et Télé-Mons Borinage, les personnes "vues comme non blanches" représentent plus d'un quart des individus présents à l'écran, elles ne représentent que 10% sur TV Com, d'après le baromètre 2013 du CSA. "La région du Brabant wallon est disparate et il n'y a pas de métropole. Il n'est donc pas facile de mettre en oeuvre la diversité dans le Brabant wallon", a déclaré Max Zimmerman, rédacteur en chef de TV Com.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK