Comment la mort de Jacques Chirac a "éteint" l'incendie de Rouen

En ce vendredi 27 septembre 2019, la presse française affiche dans son immense majorité le même visage : celui de l'ancien président Jacques Chirac, décédé la veille. C'est à qui fera le mieux son deuil, trouvera la petite phrase ou la bonne photo pour évoquer cette figure jugée marquante pour les Français. Toute la presse ? Non. L'édition rouennaise du Paris-Normandie a choisi une information plus locale, qui avait commencé à faire les gros titres jeudi matin, juste avant l'annonce de la mort de Jacques Chirac : l'incendie de l'usine Lubrizol, près de Rouen et le nuage qui a survolé la ville.

Jeudi après-midi, les autorités annonçaient que l'incendie était maîtrisé, et que la toxicité des pluies de suie qui se sont abattues sur Rouen n'étaient pas préoccupante. "Les suies contiennent les mêmes substances que la fumée noire, donc pas de toxicité aiguë", a ainsi assuré la préfecture du département de Seine-Maritime. Nos appareils de mesures n'ont pas détecté de substances toxiques, car les quantités mesurées sont infinitésimales. Notre but est de rassurer et nous publierons les résultats des analyses".

Pourtant, elle a pris des mesures : fermer le service de transports de la ville, demander aux éleveurs de rentrer et de sécuriser l'abreuvement et l'alimentation, du bétail, aux agriculteurs de ne pas récolter leurs productions pour le moment, et aux particuliers d'aérer leur domicile. Sur les réseaux sociaux, beaucoup d'habitants ont partagé des photos... et leur inquiétude.

Au lendemain du début de l'incendie, qui n'a fait aucune victime, les autorités ont annoncé que le feu était éteint. Mais l'inquiétude persiste, et surtout la rancœur d'habitants qui n'ont pas eu l'impression d'être écoutés et relayés par les médias pendant une journée. "Vous avez des nouvelles de ce qui nous arrive ?, demande un habitant aux journalistes du Monde. Parce que nous, depuis que Chirac est mort, on a zéro info. Il a éteint l’incendie.

Les journalistes l'avouent eux-même : tout a changé à 11h58 ce jeudi. Même les duplex en direct de Rouen ont dû s'interrompre pour laisser place à l'édition spéciale sur la mort de Chirac. "Une autre journée commence !", tweete Louis Laforge, le présentateur du 9h-13h sur Franceinfo.

Alors, ce sont les réseaux sociaux qui ont repris l'actualité sur l'incendie de Rouen. Sur Twitter, tout circule : des images dont l'authenticité est avérée, des fausses (comme celle de l'explosion, qui vient de Chine), d'autres qu'il est impossible de vérifier pour l'instant (notamment celle des oiseaux retrouvés morts). Les messages sont parfois catastrophistes, parfois simplement des témoignages inquiets. Mais c'est bien la colère et la défiance envers les médias qui domine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK