Cinépilou: des séances de cinéma à domicile pour les familles à 5 euros

Cinépilou: des séances de cinéma à domicile pour les familles à 5 euros
Cinépilou: des séances de cinéma à domicile pour les familles à 5 euros - © DIRK WAEM - BELGA

Soutenir les petits cinémas indépendants et maintenir le lien avec leur public, c’est l’objectif de Cinépilou.

Pour 5 euros (ou 7 euros si vous voulez les soutenir davantage), vous pourrez profiter d’une séance en famille à votre domicile (pour autant qu’il soit en Belgique). En bonus, des activités en rapport avec le film, comme des bricolages, des recettes, des lectures, mais aussi quelques surprises.

Derrière cette initiative, deux distributeurs : Parc Distribution et Ecran Large sur Tableau Noir. Une manière pour eux de soutenir les petits cinémas contraints de garder portes closes en cette période de confinement.

Et la formule (une séance tous les vendredis soir, sauf pendant ces vacances de Noël où c’est le samedi soir) séduit depuis son lancement fin novembre : en cinq séances, pas moins de 2500 tickets ont été vendus.

Un site internet pour tous les cinémas partenaires

Pour profiter, rien de plus simple, selon Adeline Margueron de Parc Distribution : "Il y a une adresse internet de référence : cinepilou.be (il y a aussi une page Facebook qui reprend les mêmes informations). Sur cette page internet, on trouve les logos des onze cinémas partenaires. Il suffit de cliquer sur le logo du cinéma où on a l’habitude d’aller ou que l’on décide de soutenir, et on est renvoyé vers le site internet qui propose la vente du billet de la séance. Ensuite, on fait un achat en ligne comme si c’était un ticket de cinéma. Simplement, on achète une séance de cinéma à la maison. Et dans le mail de confirmation de l’achat, on reçoit un code unique de connexion et un lien vers les activités".

Reste ensuite à regarder le film directement sur son ordinateur ou en le connectant à sa télévision (le système AirPlay est notamment compatible). Seule contrainte : se connecter le jour J entre 18h et 21h. Un rendez-vous fixe voulu et assumé par les distributeurs : "C’est l’une des choses très importantes que nous voulions préserver dans l’idée que c’est du cinéma à la maison, c’est l’idée de la séance", explique Adeline Margueron. "C’est le rendez-vous auquel on peut se préparer et le fait de savoir que l’on est plusieurs à regarder le film ensemble. Alors là, évidemment, on n’est pas dans la même salle. Mais on est quand même 500 familles à regarder le film au même moment. Et ça, c’est quelque chose qui existe […] Actuellement, tout ce qui est en ligne, dématérialisé, il n’y a plus cette idée de rendez-vous. Or, notamment pour le public familial, c’est quelque chose qui est très gai. C’est-à-dire que les enfants peuvent s’y préparer, ils peuvent se réjouir. Cela permet de cadrer les choses. On sait qu’on est ensemble. Nous voulions vraiment rester dans une perspective de cinéma, de lien entre les salles et leur public".

"Les films pas encore sortis au cinéma, ce sera pour la réouverture"

Ici, pas de nouvelles sorties, mais des films d’animation de qualité : "Cette proposition Cinépilou du confinement, ne cherche pas à remplacer l’expérience de la salle de cinéma. Elle cherche à soutenir les cinémas. Et donc, on a décidé de ne pas se placer sur l’exclusivité. Les films qui ne sont pas encore sortis au cinéma, on veut pouvoir les montrer sur grand écran à la réouverture. Donc, on va chercher des films de catalogue. C’est-à-dire des films qui ont déjà eu leur vie au cinéma, mais parfois, il y a assez longtemps pour que les enfants qui ont maintenant l’âge de les regarder ne les aient pas forcément vus".

Au programme prochainement : "Ernest et Célestine en hiver", une série de courts métrages réalisés après le long.

Mais aussi : "Un conte peut en cacher un autre". Des contes classiques revisités avec beaucoup d’humour.

Reste à savoir si les cinémas pourront rouvrir après le 15 janvier. Si c’est le cas, Cinépilou ne sera pas prolongé au-delà de cette date.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK