Christophe laisse derrière lui bien plus qu'un visage dessiné sur le sable (photos et vidéos)

Christophe était revenu sur le devant de la scène dans les années 2000.
5 images
Christophe était revenu sur le devant de la scène dans les années 2000. - © JOEL SAGET - AFP

Il est sans doute parti rejoindre Aline, la Senorita et la petite fille du soleil pour une autre dolce vita. Lui qui eut un succès fou, rempli de mots bleus et de marionnettes, Christophe a été emporté, selon le Nouvel Obs, par un emphysème pulmonaire ce 16 avril à Brest. L'ombre du coronavirus a plané sur la fin de la vie du chanteur, cependant. Il avait été admis en réanimation ce dimanche 29 mars.

Gageons que le chanteur, âgé de 74 ans, les trouve, ses paradis perdus.


►►► A Lire aussiChristophe est décédé


 

Sujet de notre journal télévisé de la mi-journée:

Né Daniel Bevilacqua, le jeune chanteur, auteur, compositeur et interprète, à la chevelure blonde, est au départ un pur produit yé-yé. En 1965, son Aline, qu’il cherche désespérément sur cette plage, le fait connaître aux yeux du grand public. Le succès, beaucoup plus qu’Aline, sera au rendez-vous, en cet été 65. Christophe, qui se lance alors seul dans le monde de la chanson, écoulera un million de disques.

"Aline" (vidéo INA)

Et j’ai crié, crié "Aline !" pour qu’elle revienne
Et j’ai pleuré, pleuré
Oh j’avais trop de peine

C’est ensuite au tour des Marionnettes de passer en boucle sur les radios. Fin des années 60, Christophe est un garçon dans le vent. Bon chic bon genre, cheveux courts, il plaît, avec ses chansons un brin nostalgiques. Excusez-moi Monsieur le professeur, J’ai entendu la mer, Je ne t’aime plus...

"Les Marionnettes", encore dans toutes les têtes (1965)

Il est six heures au clocher de l'église
Dans le square les fleurs poétisent
Une fille va sortir de la mairie...

Les décennies 60 et 70 font de lui plutôt un chanteur catalogué "à minettes". Ses cheveux deviennent plus longs, sa moustache est bien assumée, et d’autres tubes arrivent, au compte-gouttes. Souvent encore sous forme de ballades, ils font mouche. Les Mots bleus, Petite fille du soleil, La dolce vita… Autant de hits, dont l’artiste pourra encore se vanter auprès des filles dans Succès fou, en 1983.

La consécration lui viendra avec l’album Les Mots bleus, en 1974. La chanson du même titre, à la mélodie tendre et percutante deviendra vite populaire. Elle résonnera d'ailleurs encore tout récemment, dans un Paris confiné, en hommage au chanteur en souffrance, comme le mentionne Le Soir Mag

Vidéo INA

La musique de Christophe a alors pris un tournant plus rock. Il s’était associé avec un jeune parolier, Jean-Michel Jarre (fils de Maurice Jarre, grand compositeur de musique de films comme Lawrence d’Arabie ou Docteur Jivago). Le duo avait déjà fait parler de lui sur l’album précédent, Les paradis perdus (1973).

Rien ne destinait ce garçon, fils d’un entrepreneur d’origine italienne et d’une couturière d’origine bretonne, à la musique. Amoureux des films américains de l’époque, il délaisse peu à peu les études, préférant apprendre guitare et l’harmonica. Au début des années 60, il fait alors partie d’un groupe : Danny Baby et les Hooligans. Ensuite, ce sera le service militaire, puis Aline.

Après le succès des Mots bleus, Christophe continue de sortir des albums, comme Samouraï puis le Beau Bizarre. Ces disques remporteront moins de succès, mais la ressortie d’Aline (de nouveau un million d’exemplaires) puis la chanson Succès fou le ramèneront sur les plateaux de télé début des années 80.

Dans les années 90, l’image de Christophe change. Il n’est plus vu comme un séducteur, mais plutôt comme un perfectionniste féru de cinéma, s’essayant à d’autres sons, modernes, voire futuristes. Ses titres, maintenant très pointus, passent alors relativement inaperçus. En 2001, un nouvel album, Comm’si la Terre penchait. Il annonce ensuite son retour sur scène après 26 ans d’absence.

Christophe interviewé par Thierry Ardisson ("qui n’aime pas beaucoup la pochette") en 1990

(Archives INA)

Retour en Grâce

Victoires de la musique 2003. Christophe obtient le prix du meilleur spectacle musical, tournée ou concert pour sa performance à l’Olympia. C’est qu’à partir des années 2000, on assiste à un retour en grâce de celui qui est alors vu comme un précurseur. Notamment dans l’expérimentation musicale. Adepte d’une musique électronique parfois planante, évanescente, parfois plus techno ou jazz, il adore chercher de nouveaux sons. Ses albums sont souvent très bien accueillis par la critique. La reconnaissance du métier est maintenant là. Plus que jamais.

 

Reportage du JT de la RTBF lors d’un concert pour la sortie de "Vertiges du chaos" en 2016

Perfectionniste

Lui qui disait encore dernièrement aux Inrockuptibles être "un fou en liberté", avait un goût prononcé pour les heures nocturnes. Son studio d’enregistrement aménagé dans son appartement parisien, le natif de Juvisy-sur-Orge (dans l’Essonne) vivait et travaillait plutôt la nuit.

Après Vestiges du chaos et Intime, son tout dernier album, composés de duos, se nommait Minuit Boulevard. S’y bousculaient Daho, Camille ou encore Sébastien Tellier.

Artiste inspirant

Jamais démodés, Christophe et sa poésie ont inspiré d’autres rêveurs. Ainsi, Alain Bashung fit une reprise encore dans les mémoires des mots bleus en 1992. Près de 25 ans plus tard, c’est Christine and the Queens qui reprendra Les paradis perdus (2014). Quant au cinéma (monde que Christophe a touché aussi un peu), dernièrement, c’est le réalisateur Wes Anderson qui lui a rendu hommage, notamment dans la bande-annonce de son dernier film, The French Dispatch.

Christine and the Queens : les paradis perdus (vidéo youtube)

Mais peut-être
Un beau jour voudras-tu
Retrouver avec moi
Les paradis perdus?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK