Cheveux et tempérament de feu, la chanteuse italienne Milva n'est plus

La célèbre chanteuse italienne Maria Ilva Biocati, plus connue comme Milva, est décédée à l'âge de 81 ans. Surnommée "La Rouge" ou "La panthère de Goro", son village natal, Milva, malade depuis des années, est morte vendredi soir à Milan, a indiqué sa fille à l'agence Ansa. Elle avait interprété certains des plus grands succès de la chanson italienne des années 1960 et 1970 et sa chevelure rousse était connue bien au-delà des frontières de la péninsule.

"Milva a été l'une des interprètes les plus intenses de la chanson italienne. Sa voix a suscité des émotions intenses à des générations entières. Une grande italienne, une artiste partie de sa terre natale qui est montée sur les scènes internationales", a commenté le ministre de la Culture Dario Franceschini. 

Selon le président italien Sergio Mattarella, Milva a joué un rôle de premier plan dans la musique italienne et était cultivée, sensible et polyvalente.

Le ministre italien de la Culture Dario Franceschini fait également son éloge posthume: "Milva a été l'une des interprètes les plus intenses de la chanson italienne; sa voix a affecté émotionnellement des générations."

Née le 17 juillet 1939 dans le village de Goro en Emilie-Romagne, Milva était entrée dans le paysage artistique de l'Italie à l'occasion de l'édition de 1961 du festival de la chanson de San Remo, le grand rendez-vous de la chanson transalpine, où elle s'était classée 3e.

Outre ses qualités vocales, le public découvre aussi son tempérament volcanique. Les polémiques, souvent retentissantes, ont accompagné une carrière qui a largement dépassé les frontières italiennes, son talent ayant été reconnu en Amérique latine, en Espagne, en France où on l'a comparée à Edith Piaf et surtout en Allemagne.

Sa rivalité avec Mina, autre icône de la chanson italienne des années 1960 et 1970, a aussi marqué toute une génération d'Italiens même si cette concurrence artistique, montée en épingle par la presse, a été toujours été démentie par Milva elle-même.

A cette époque, c'était la chanteuse rebelle, avec à son répertoire des hymnes à la liberté, comme Bella ciao, le chant des partisans antifascistes, et des chansons engagées à gauche, ce qui lui vaut son surnom, "la Rouge". En parallèle à sa carrière dans la chanson, elle se lance aussi dans le théâtre au Piccolo Teatro de Giorgio Strehler à Milan et joue en 1973 dans L'Opéra de quat'sous de Berthold Brecht, dans une mise en scène du même Strehler.

Ses interprétations de Brecht lui ont valu la médaille de l'ordre du mérite de la RFA, où sa chanson Was Ich Denke, en allemand, langue qu'elle maîtrisait, été n°1 des ventes et disque d'argent en 1978. 

Sa carrière, ponctuée d'une soixantaine d'albums, l'a menée à travailler avec divers auteurs engagés, comme Mikis Theodorakis, et de grands compositeurs comme Ennio Morricone, Francis Lai et Vangelis.

Mariée au réalisateur Maurizio Corgnati, Milva a aussi partagé la vie du comédien Mario Piave, assassiné dans des circonstances mystérieuses en 1979.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK