Charlie Hebdo : Instagram suspend quelques instants des publications contenant les caricatures de Mahomet

Couverture de Charlie hebdo de l'édition de cette semaine et image d'illustration d'Instagram
Couverture de Charlie hebdo de l'édition de cette semaine et image d'illustration d'Instagram - © AFP/BELGA

C’est le journal français Le Figaro et le journal en ligne le Huffingtonpost.fr qui relèvent et révèlent les faits. Alors que la rédaction du journal "Charlie Hebdo" republiait cette semaine les caricatures de Mahomet pour "marquer" le début du procès de l’attentat de 2015 à Paris, deux journalistes de l’hebdomadaire satirique ont vu leurs comptes Instagram bloqués.


A lire aussi : France : Charlie Hebdo republie les caricatures de Mahomet


 

Sujet de notre journal télévisé du 2 septembre

La journaliste Laure Daussy a ainsi communiqué sur twitter : "Mon compte Instagram a été "désactivé". La dernière photo que j’avais postée était la une de Charlie Hebdo. C’est donc probablement un piratage ou un signalement en masse, nouvelle forme de censure. Hallucinant."


►►► A lire aussi : Procès Charlie Hebdo : pourquoi les dessinateurs étaient visés


Dimanche matin, Coco, une des dessinatrices de Charlie Hebdo (de son vrai nom Corinne Rey), a eu la même mésaventure. "Tout simplement scandaleux" a-t-elle souligné. La rédaction du Figaro a constaté que bien que les comptes des deux personnalités étaient toujours bloqués à neuf heures ce matin, la situation était revenue à la normale au début d’après-midi.


►►► A lire aussi : "'Je suis Charlie' ne veut pas dire j’aime Charlie'"


Laure Daussy, la journaliste bloquée, a indiqué à nouveau sur Twitter que cette suspension était "automatique, suite à une campagne de signalements de ceux qui voulaient censurer la une".

Le Figaro a cherché à en savoir plus auprès d’Instagram. "Les comptes ont été supprimés par erreur et nous les avons rétablis dès que cela a été porté à notre connaissance", a fait savoir le service communication d’Instagram. "Nous sommes désolés de la confusion et de la détresse que cela a pu causer. Pour info, cela n’avait aucun lien avec la couverture de Charlie, elle n’a pas été censurée par ailleurs et a été publiée sur le compte de Charlie", a-t-il déclaré dans un échange avec la rédaction parisienne.


►►► Lire aussi : Revue de presse : " Tout ça pour ça" (article du 2 septembre)


Le journal de cette semaine où l’on pouvait voir les fameuses caricatures de Mahomet a bénéficié d’un tirage trois fois supérieur à l’habitude.

Interrogée au sujet de la liberté d’expression ce week-end, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a, toujours selon le Figaro.fr, exprimé son attachement a celle-ci, ainsi que celle du président Macron, qui l’a répété à l’occasion d’un discours au Panthéon ce vendredi 4 septembre.


►►► Lire aussi : Charlie Hebdo : la Turquie condamne la republication des caricatures de Mahomet

►►► Lire aussi : Charlie Hebdo : l’Iran condamne "une provocation et une insulte" envers les musulmans


 

Sujet sur l'ouverture du procès, la semaine dernière à Paris (2 septembre)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK