Charles Michel, Elio Di Rupo, Theo Francken: qui sont les politiques belges les plus suivis sur Instagram?

Charles Michel, Elio Di Rupo et Theo Francken sont les trois personnalités belges les plus suivies sur Instagram
2 images
Charles Michel, Elio Di Rupo et Theo Francken sont les trois personnalités belges les plus suivies sur Instagram - © Tous droits réservés

Selon une étude publiée début décembre, Instagram est le réseau social qui grandit le plus rapidement parmi les dirigeants mondiaux. Ils sont donc de plus en plus d'hommes et de femmes politiques actifs sur le réseau social au polaroïd. À l'échelle mondiale, c'est le Premier ministre indien qui détient la palme du plus grand nombre d'abonnés. Et en Belgique, quel est le plus "instagrammable" de nos politiciens ?

Ils sont 100 de plus que dans la même étude réalisée en 2017. Instagram semble donc devenir "the place to be", même quand on est actif en politique et certains chiffres parlent d'eux même. Le compte politique le plus suivi sur le réseau social est celui de Narendra Modi, le Premier ministre indien, avec pas moins de 14,8 millions d’abonnés.


►►► À lire aussiLes influenceurs vont-ils tuer la publicité ?


Pour savoir ce qu'il en est en Belgique, nous avons compilé le nombre de "followers" des membres du gouvernement Michel, incluant les membres de la N-VA malgré leur récente démission, et les présidents des dix principaux partis belges. Résultat des courses : un panel de 28 hommes et femmes politiques.

Charles Michel en tête

En pôle position du classement établi sur base du nombre d'abonnés sur les comptes Instagram de nos élus politiques, on retrouve sans surprise l'actuel Premier ministre. Charles Michel (MR) caracole avec plus de 15.100 followers.

Derrière lui, Elio Di Rupo, le président du PS, qui a également occupé la fonction de chef du gouvernement entre 2011 et 2014. Son compte Instagram est suivi par près de 12.100 utilisateurs.

Sur la troisième marche du podium, on retrouve l'ancien secrétait d'Etat à l'Asile et la migration Theo Francken. L'élu N-VA qui reprendra prochainement ses fonctions de bourgemestre de Lubbeek comptabilise 10.500 followers sur Instagram. Il est à noter que juste derrière lui, on retrouve Tom Van Grieken, le chef de file du Vlaams Belang, dont le secrétaire d'Etat avait déclaré "s'inspirer" dans sa politique migratoire

Autre fait notable, Bart de Wever apparaît en cinquième place du classement avec 6.380 abonnés. Cela peut paraître maigre par rapport aux politiques les plus populaires sur Instagram mais son compte n'a été créé que le 17 novembre.

Pieter de Crem et Marie-Christine Marghem à la peine

Derrière les dizaines de milliers d'abonnés sur les comptes les plus suivis des élus belges, d'autres ministres sont à la traîne. Dans le "flop 3", on retrouve trois membres du gouvernement fédéral en place. Comme quoi, figurer parmi les détenteurs du pouvoir ne garantit pas forcément un grand nombre de followers. N'est pas "instagrammeur" qui veut.

C'est Marie-Christine Marghem (MR) qui peine à la dernière place du classement des élus présents sur le réseau de partage de photos. Ses 640 abonnés ne lui permettent pas de s'élever plus haut dans le classement. Derrière elle, on retrouve le nouveau ministre de l'Intérieur, Pieter de Crem (CD&V) et le ministre de l'Agriculture, Denis Ducarme (MR). Ils sont respectivement suivis par 974 et 1124 abonnés.

Ils sont quatre membres - ou ex-membres - du gouvernement et trois présidents de parti à ne pas disposer de compte Instagram. Côté du gouvernemental, les non actifs sont tous flamands : Charles Michel (MR), Kris Peeters (CD&V), Koen Geens (CD&V) et Johan Van Overtveldt (N-VA). Concernant les dirigeants de parti, les grands absents sur Instagram sont Benoît Lutgen (cdH), Jean-Marc Nollet (Ecolo) et Olivier Maingain (DéFi).

Des "profils de partis"

Outre les profils personnels sur Instagram, certains comptes sont aussi griffés du nom des partis. Les groupes politiques flamands et wallons s'adonnent donc aussi à publier des photos sur le réseau social au Polaroïd. L'audience de ces comptes donne une indication particulière sur l'utilisation et le public féru de ce type d’interaction.

Dans ce classement, on constate que les partis du nord du pays sont largement en avance en terme d'audience. La N-VA occupe la pôle position avec son compte Instagram qui rassemble 9766 abonnés, suivie de Groen (7585 abonnés) et de l'Open VLD (3842 abonnés). Le Nord du pays est-il en avance en terme d'utilisation des réseaux sociaux ou les wallons sont-ils plus frileux à Instagram ? Difficile à dire.

Tandis que ni DéFi, ni le PTB ne disposent d'un "profil de parti", Ecolo est en tête au niveau des partis francophones même si les "verts" ne pointent qu'à la 4e place du classement national avec 2751 followers sur le compte Instagram du parti.

"Nous sommes sur Instagram car c'est un réseau jeune, qui permet de toucher un public difficilement accessible ailleurs", explique Danaé Grosjean, co-responsable des réseaux sociaux pour le parti écologiste. La jeune femme estime qu'Instagram est une façon de rendre plus accessible les sujets politiques, de montrer les coulisses du parti. Néanmoins, chaque réseau a ses spécificités et il n'est pas toujours facile de proposer des contenus adaptés : "Il y a une désolidarisation de Facebook, du coup on doit s'adapter mais ce n'est pas toujours facile. On utilise les codes d'Instagram en publiant des stories et des petites vidéos de quinze secondes. Cela nous force à avoir un langage simple", pointe la jeune femme.

En queue de peloton, pour ne pas dire loin derrière, ce sont le MR, le PS et le cdH qui semblent les moins ancrés dans la sphère Instagram. Ils comptent respectivement 1406, 582 et 412 abonnés. Nous sommes donc bien loin du score du parti nationaliste flamand.

Dans les faits, on constate que les personnalités sont parfois plus suivies que les partis. Les élus sont-ils poussés à se lancer sur le réseau de partage d'images ? "On ne les pousse pas à avoir un compte Instagram", répond Danaé Grosjean pour Ecolo. Selon elle, c'est le naturel qui prime, si les élus ne le sentent pas, ce n'est pas la peine de les forcer, d'autant plus que "cela ne marche pas avec tout le monde", selon elle. "Ce sont eux qui gèrent leurs comptes Instagram personnel à 100%", conclut-elle.

Et à l'échelle mondiale?

Pourtant, les chiffres de Charles Michel pour les personnalités et le score de la N-VA sur le compte du parti sont bien loins des "pointures" en matière de followers. À l'échelle mondiale on est plus proche de la dizaine de millions que de la dizaine de milliers.

Selon l'étude BCW, qui a analysé en octobre, l'activité de 426 comptes Instagram de chefs d'état et gouvernerment et de ministres des affaires étrangères, c'est donc le Premier ministre d'Inde qui a la plus large audience. Les 14,8 millions de followers Narendra Modi en sont une preuve incontestable.

La seconde marche du podium revient Président indonésien Joko Widodo qui rassemble 12,2 millions de followers. C'est le Président des Etats-Unis, Donald Trump, qui occupe la troisième place de ce classement avec les 10 millions de personnes qui composent son audience. Twitter, Instagram, le magnat de l'immobilier démontre chaque fois un peu plus son amour des réseaux sociaux.

Mais pour pouvoir vraiment comparer le nombre de followers de Charles Michel, on peut aussi comparer avec nos voisins géographiques les plus proches. Par exemple, le Président français Emmanuel Macron rassemble actuellement une communauté de près de 1,2 millions d'abonnés sur Instagram contre 773.000 pour la Chancelière allemande, Angela Merkel. De son côté, Theresa May, la Première britannique rassemble une communauté de près de 105.000 abonnés à l'heure actuelle.

Instagram, qui a dépassé le milliard d'utilisateurs en 2018 semble donc être un enjeu essentiel pour les hommes et femmes politiques. Reste à savoir la recette à adopter pour avoir l'audience la plus grande, et ça, ça ne semble pas donné à tout le monde.

Archives : Journal télévisé 21/06/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK