Chanter "Joyeux Anniversaire" peut vous coûter des droits d'auteurs

Chanter "Joyeux Anniversaire" peut vous rendre redevable de droits d'auteurs
Chanter "Joyeux Anniversaire" peut vous rendre redevable de droits d'auteurs - © Tous droits réservés

C’est sans doute l'une des chansons les plus utilisées dans le monde et c'est la Warner qui en détient les droits: il s’agit de la chanson "Joyeux anniversaire" (Happy birthday). Tout le monde la connaît, tout le monde la chante pourtant cette chanson ne nous appartient pas. Elle ne sera en effet libre de droits qu’en 2016 en Belgique.

En 1893, deux institutrices américaines composent une simple chanson pour enfants. Quelques années plus tard, elle devient l'hymne aux anniversaires, indissociable du gâteau et des bougies. Ses paroles, traduites en 18 langues, sont protégées depuis 1935.

"En Belgique le droit d’auteur est protégé pendant 70 ans après le décès de l’auteur", explique Christophe Depreter, directeur général de la Sabam. "C’est un peu différent aux Etats-Unis puisque pour cette chanson-là, c’est 95 ans après la première édition de la chanson".

Autrement dit, la chanson pourra être entonnée librement à partir de 2016 chez nous et de 2030 aux Etats-Unis.

Deux millions de dollars par an pour la Warner

D'ici là, les Beatles, Marilyn Monroe, les Chipmunks et les autres célèbres interprètes de la chanson auront payé (ou, à défaut, auraient en tout cas dû le faire) des droits d'auteur pour leurs interprétations publiques.

Et la RTBF aussi dans certains cas. "Dans une fête de famille, il  n’y pas de diffusion publique, donc rien à payer. Mais il n’en va pas de même si vous voulez la communiquer au public" via un média quel qu’il soit (internet, CD, radio, télévision,…).

Chaque année, ce tube planétaire rapporterait 2 millions de dollars à Warner, l'entreprise qui détient les droits.

Le sujet diffusé au Journal Télévisé de 13h ce vendredi risque donc de nous coûter cher.

Mais pour éviter les problèmes, sachez que seules les paroles sont protégées. Vous pouvez donc les changer, ou vous contenter de la mélodie pour danser.

Justine Katz avec Ju. Vl. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK