Générosité, santé, droits des femmes... Ces héros et héroïnes qui ont marqué l'année 2020

Ces héros et héroïnes qui ont embelli 2020
7 images
Ces héros et héroïnes qui ont embelli 2020 - © Montage de photos Belgaimage

L’année 2020 a été très sombre, c’est le moins que l’on puisse en dire. Mais certaines personnalités se sont distinguées et, grâce à ces héros et à ces héroïnes, chacun de nous peut avoir davantage confiance en l’humanité et être optimiste pour l’avenir.

Le docteur Li Wenliang

Ce médecin exerçait à Wuhan, en Chine. Très tôt, il a tenté d’alerter ses confrères et les autorités de la dangerosité du coronavirus. Mais ce lanceur d’alerte n’a pas été écouté, il a même été arrêté un temps par la police qui l’accusait de répandre des rumeurs. Il avait 34 ans. Un patient lui a transmis le virus. Début janvier 2020, il a été hospitalisé. Il est décédé de la maladie le 6 février. D’autres personnes ont payé cher le fait d’avoir témoigné de la situation sanitaire en Chine pendant l’épidémie : Fang Bin, l’avocat Chen Qiushi et la journaliste citoyenne Zhang Zhan.

Le capitaine Tom Moore

Le capitaine Tom Moore est un vétéran britannique de la Seconde Guerre mondiale. A 99 ans, il a réalisé l’exploit de marcher 100 longueurs de 25 mètres de son jardin à l’aide de son déambulateur. En faisant cela, il a collecté plus de 20 millions de livres pour des associations de soutien aux employés du service public de santé, le National Health Service, les volontaires venus les aider et les patients.

Catalin Denciu

Ce médecin roumain était de garde le 14 novembre 2020 dans l’unité de soins intensifs d’un hôpital de la ville de Piatra Neamt. Un incendie se déclare dans cette institution de soins, le médecin se jette littéralement dans les flammes afin de tenter de secourir un maximum de vies.

Malgré ce sacrifice, dix patients décèdent dans l’incendie, il y aura 6 blessés. Le courageux médecin est brûlé au deuxième et au troisième degré. Le lendemain il sera transféré en Belgique, afin d’être soigné à l’hôpital militaire Reine Astrid, spécialisé dans le traitement des grands brûlés.

Célie Desmeth

A 25 ans, Célie Desmeth a parcouru cet été 600 km à travers la Belgique en poussant une brouette. Partie d’Arlon, elle a sillonné les routes du pays en passant par Liège, Namur, Mons, Ostende, Anvers et Bruxelles. Le but était de récolter des fonds pour l’ASBL Mistral Gagnant qui réalise les vœux d’enfants malades.

Loujain al-Hathloul

Louain al-Hathloul, 31 ans, milite en faveur des droits des femmes en Arabie saoudite. En particulier pour celui de pouvoir conduire une voiture. Elle a été condamnée à une peine de prison, au nom d’une loi antiterroriste en vigueur dans ce pays qui est utilisée pour punir les défenseurs des droits humains. En captivité, elle a été victime de violences, de tortures et de sévices sexuels, dénonce Amnesty International.

Françoise Gachet

Le 25 juillet 2020, le navire Wakashio fait naufrage au large de l’île Maurice, provoquant une énorme marée noire. Les Mauriciens tentent d’établir des barrages sur la mer afin de retenir les hydrocarbures avant de nettoyer les plages.

Après avoir utilisé de la paille et des filets pour confectionner des boudins flottant, l’idée naît d’utiliser des cheveux pour les garnir. En effet, un kilo de cheveux absorberait jusqu’à 8 litres d’hydrocarbures. L’écologiste Françoise Gachet, une habitante de l’île, crée une plateforme afin de coordonner les dons de cheveux et de dresser la liste des coiffeurs participants.

Adèle Haenel

Le réalisateur Roman Polanski est visé par plusieurs accusations de viol et est poursuivi par la justice américaine pour relations sexuelles illégales avec une mineure. Cela n’a pas empêché pas son film "J’accuse" de figurer parmi les favoris pour la 45e cérémonie des César qui se déroulait le 29 février 2020.

Adèle Haenel, est présente dans le public. Lorsqu’on annonce que le César de la meilleure réalisation est attribué à Roman Polanski, Adèle Haenel se lève d’un coup et quitte la salle en criant "la honte !".

Quelques jours auparavant elle avait déclaré dans une interview : "Distinguer Polanski, c’est cracher au visage de toutes les victimes, cela veut dire que ce n’est pas si grave de violer des femmes".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK