Cécile Gonfroid (RTBF): "Après l'attaque à TV5, nous sommes tous vulnérables"

 La RTBF se dit "vigilante".
2 images
La RTBF se dit "vigilante". - © AUDE VANLATHEM - BELGA

La cyber-attaque de TV5 Monde interpelle et inquiète l'ensemble du monde de la télévision. La RTBF, qui s'estime cible potentielle, tient à exprimer son soutien à sa consœur et se dit "vigilante". En dépit de toutes les mesures de sécurité, il est difficile pour les chaînes de se prémunir totalement des actes de piratage informatique. Réaction de Cécile Gonfroid, directrice générale Technologies et Exploitation à la RTBF.

"En tant qu'entreprise de médias active en télévision, en radio et sur internet, la RTBF est, au même titre que TV5 Monde, susceptible de devoir un jour faire face à une attaque de piratage informatique d'une aussi large ampleur."

Pour réduire les risques d'un tel événement, "les équipes de la RTBF, appuyées par des entreprises spécialisées, effectuent un monitoring constant des réseaux de l'entreprise".

Pour se préparer à un scénario de crise, l’équipe de Cécile Gonfroid organise, tous les deux ou trois mois, des réunions de sécurité où le responsable de la sécurité informatique imagine un gros incident: "Que ce soit un piratage de nos sites ou un avion qui s’écrase sur notre salle technique. En brainstorming on cherche la meilleure solution pour revenir à l’antenne le plus rapidement pour l’ensemble de nos médias".

La RTBF se sent-elle vulnérable après l'attaque informatique à TV5 Monde ?

Oui, tout le monde est vulnérable. Toutes les sociétés sont vulnérables. Malgré les bonnes pratiques de sécurité mises en place dans l'entreprise, on sait qu'on n'est pas sécurisé à 100%, s'il y a une volonté de nous pirater. Il faut remonter notre niveau de vigilance, il faut être prêt à ce genre de piratage et travailler sur le temps de réaction. Évidemment, on a un monitoring qui est actif et on peut voir s'il y a des tentatives d'intrusion sur notre réseau. On a aussi un système de back-up de nos données pour pouvoir réagir le plus rapidement possible face à ce type d'incident.

La RTBF a-t-elle déjà été victime d'attaques informatiques ?

Victime comme TV5, non, parce que c'est vraiment une attaque importante à TV5. Elle a atteint les sites internet mais aussi la diffusion des chaînes. Et ça, c'est vraiment nouveau. Ce n'est pas seulement le réseau qui est attaqué, c'est aussi la production.

Après cette attaque à TV5 Monde, la RTBF va-t-elle prendre des mesures supplémentaires ? Va-t-elle en tirer certains enseignements ?

Oui, on essaye d'entrer en contact avec nos collègues de TV5 pour avoir des informations plus précises sur cet incident mais, pour l'instant, ils sont sur le feu, évidemment. Nous avons remonté notre niveau de vigilance sur la surveillance de nos réseaux et de nos monitorings pour avoir une sécurité maximale; une sécurité maximale assurée grâce aux moyens que nous avons aujourd'hui à la RTBF.

Dans le monde de la télévision, imaginait-on qu'une attaque d'une telle ampleur pouvait avoir lieu ?

Oui, en tous cas en ce qui concerne les sites internet car ils sont souvent connectés en réseau en dehors des locaux de la télévision, dans des centres d'hébergement et donc ils sont plus vulnérables. Concernant l'attaque visant la production même des émissions, c'est plus interpellant, car les outils de diffusion se trouvent au siège de la télévision, donc cela veut dire que l'attaque vise directement les installations de la chaîne de télévision. Il faudra en tirer des conclusions, dès que nous aurons des renseignements plus précis de la part de TV5 Monde.

Propos recueillis par Christophe Grandjean

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK