"Casse-toi riche con!", Bernard Arnault porte plainte contre Libération après sa Une choc

Ce titre fait évidemment référence au désormais célèbre "Casse-toi pauv' con" lancé par Nicolas Sarkozy à un homme qui avait refusé de lui serrer la main au Salon de l'agriculture en 2008. Un moment immortalisé dans une vidéo qui a fait le tour du web.  

Ce lundi le quotidien de gauche français s'en est inspiré librement pour critiquer vertement la plus grosse fortune de France : "Même s'il se défend de s'exiler pour des raisons fiscales, la demande de nationalité belge de Bernard Arnault apparaît comme le symbole de l'égoïsme des plus fortunés", peut-on également lire en Une.

Le journal, qui consacre quatre page sur le sujet, va même très loin, en parlant de "Pape du luxe, fauve de la finance, proche de Sarkozy, il est aussi coutumier de l'exil".  Pour lui, cette annonce n'a qu'un mérite : "Elle aura permis à François Hollande, malmené dans les sondages, d'affirmer son autorité et de préciser hier sur les plateaux de télévision, ses orientations fiscales".

Beaucoup de critiques et quelques applaudissements

Sur les réseaux sociaux, tels que Facebook et Twitter, les commentaires vont bon train : "Honteux", "minable", "insulte stupide et gratuite", "racoleur et vulgos", "déplacée", "trop facile", "inadmissible", ce sont quelques-un des qualificatifs utilisés par de nombreux internautes pour critiquer ce choix éditorial. D'autres apprécient, mais ils sont en minorité. Il suffit d'aller sur la page Facebook de Libération pour s'en rendre compte. En fin de matinée, il y avait déjà plus de 330 commentaires sur cette Une.

"Même en tant que blogueur je n’aurais osé mettre un titre pareil ! J’ai toujours admiré le travail de journaliste, mais cette fois-ci cela ressemble plus à un travail de marketeur qui souhaite faire le buzz à partir d’une polémique. L’intention dans ce cas là n’est pas d’informer ou d’éduquer, mais de faire du cash (un comble pour un titre qui cherche à attaquer les riches)", déclare pour sa part Jérôme Hoarau, un blogueur reconnu dans le domaine de l'entreprise.

Sur Twitter un internaute parmi d'autres répond à l'invective par cette autre invective : "Libé insulte Arnault mais n'a jamais dit que son proprio Rothshild avait pris en 2010 la nationalité israélienne pour échapper au fisc".

Plainte

"Bernard Arnault n'a d'autre choix, compte tenu de l'extrême vulgarité et de la violence du titre du quotidien en date du 10 septembre 2012, que d'assigner le journal Libération en justice", ont indiqué ses services dans un communiqué. Le texte rappelle que Bernard Arnault a précisé pendant le week-end "qu'il était et qu'il restait résident fiscal français". "Cette Une du journal Libération est inacceptable", ajoute le communiqué, en estimant qu'"elle révèle en outre un état d'esprit anti-entreprise totalement à l'encontre des nécessités du redressement économique du pays et de la lutte contre le chômage, qui ne peuvent réussir qu'avec la motivation des chefs d'entreprises privées".

Depuis la création de LVMH, leader mondial du luxe, Bernard Arnault "a toujours travaillé et payé l'intégralité de ses impôts en France", souligne le communiqué. "A travers le développement de ses entreprises, il a toujours été un défenseur du savoir-faire et du patrimoine français, et a créé plus de 20 000 emplois directs sur le territoire", précise le texte. Les entreprises du groupe LVMH (Christian Dior, Louis Vuitton, Guerlain, Hennessy, Moët et Chandon, Château d'Yquem, Sephora...) "continuent à embaucher en France sous son impulsion" et "d'ouvrir des ateliers en France", avec "plus de 3.000 embauches sur la seule année 2011", détaille le texte.

Le baron Rothschild paiera ses impôts "de bon coeur"

Le baron Edouard de Rothschild, principal actionnaire de Libération, a apporté lundi son soutien au journal après sa Une choc sur Bernard Arnault, tout en affirmant qu'il paierait pour sa part ses impôts "de bon coeur".

"Ca ne m'a pas choqué. C'est tout à fait dans le style provocant de Libération et j'ai pensé que c'était une très belle opération marketing", a-t-il déclaré sur le plateau du "Grand Journal" de Canal+.

"Ca me paraît dans la droite ligne de ce que Libération doit faire et doit être", a estimé l'homme d'affaires fortuné. "Il me semble que quand on demande aux gens les plus aisés de faire un effort pour deux années, un effort de solidarité nationale, on s'en accommode. Je suis naturellement concerné, je le ferai de bon coeur", a ajouté Edouard de Rothschild. Ce dernier a certes admis avoir obtenu la double nationalité franco-israélienne, mais pour "pratiquer les sports équestres à haut niveau".

"L'acquisition de cette deuxième nationalité n'a pas fait perdre un euro à la recette fiscale française. C'est complètement différent et ce n'est pas du tout le même timing", a-t-il affirmé.

Ci-dessous, Sylvain Bourmeau, directeur adjoint de la rédaction de Libération, justifie le choix du titre de Une "Casse-toi, riche con!": humour et référence au sarkozysme classique...

C.B.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK