Cannes : la Palme d'Or pour Jacques Audiard, Vincent Lindon distingué

Vincent Lindon reçoit le prix d'interprétation masculine
2 images
Vincent Lindon reçoit le prix d'interprétation masculine - © VALERY HACHE - AFP

Voici le palmarès complet du Festival de Cannes 2015. C'est le film "Dheepan" du réalisateur français Jacques Audiard qui remporte la Palme d'Or. Le prix d'interprétation masculine revient à l'acteur français Vincent Lindon.

La Palme d'Or du Festival de Cannes a été attribuée au cinéaste français Jacques Audiard pour "Dheepan", film qui suit le parcours en France de réfugiés sri-lankais fuyant la guerre mais confrontés à la violence dans une cité de la banlieue parisienne. "Recevoir un prix de la part des frère Coen c'est quelque chose d'assez exceptionnel", "je pense à mon père", a déclaré très ému le cinéaste en recevant la récompense suprême du festival.

Le Grand Prix du jury revient à "Son of Saul" ("Le Fils de Saul") du Hongrois Laszlo Nemes.

Le prix de la mise en scène a été remis au cinéaste taïwanais Hou Hsiao-Hsien pour "The Assassin", histoire d'une justicière dans la Chine du IXe siècle. Dans ce film à l'esthétique ciselée, le réalisateur du "Maître des Marionnettes" explore le genre du wuxia, hérité de la littérature de la Chine ancienne et qui met en scène les aventures du "Chevalier errant". Sauf que cette fois, le chevalier est une chevalière, interprétée par l'actrice Shu Qi.

Le prix du jury est pour "The Lobster" du Grec Yorgos Lanthimos.

Le prix du scénario est attribué au Mexicain Michel Franco pour "Chronic".

Le prix d'interprétation masculine revient à l'acteur français Vincent Lindon interprète de "La Loi du marché" du Français Stéphane Brizé. Vincent Lindon y campe un ouvrier au chômage depuis vingt mois qui se bat pour retrouver un emploi, encaissant les coups avec dignité.

Le prix d'interprétation féminine est attribué ex-aequo à Rooney Mara ("Carol") et Emmanuelle Bercot ("Mon Roi"). Rooney Mara campe le personnage d'une toute jeune vendeuse qui va se laisser séduire par une femme bourgeoise à la beauté fatale (Cate Blanchett). Emmanuelle Bercot interprète une avocate qui se retrouve après un accident de ski dans un centre de rééducation et se souvient d'une histoire d'amour tumultueuse.

Le jury, présidé pour la première fois par un duo, les frères Coen, multi-récompensés à Cannes, avait la lourde tâche de départager les 19 films de la compétition. Les frères Coen, au cinéma à l'humour déjanté, ont dû composer avec les autres membres du jury: les réalisateurs Xavier Dolan et Guillermo del Toro, les actrices Sienna Miller, Sophie Marceau et Rossy de Palma, l'acteur Jake Gyllenhaal et la chanteuse Rokia Traoré.

La Caméra d'or du premier film est pour "La Tierra y la sombra" du Colombien César Augusto Acevedo.

Courts-métrages

La Palme d'or des courts métrages du Festival de Cannes a été attribuée à Waves'98, du metteur en scène libanais Ely Dagher. Ce film d'animation en arabe de 15 minutes raconte les errances d'Omar dans une banlieue isolée de Beyrouth. "Immergé dans un monde familier mais étranger à sa réalité, il se retrouve en lutte pour sauvegarder ses attaches", indique le synopsis du film. Neuf courts métrages étaient en lice dans cette compétition arbitrée par un jury dédié.

Un Certain Regard

Le prix de la section Un Certain Regard a été attribué samedi au film "Hrutar" (Béliers) du réalisateur islandais Grimur Hakonarson, histoire de deux frères qui s'unissent pour sauver leurs béliers.

"Je remercie le jury d'avoir aimé mon film", a déclaré Grimur Hakonarson après avoir reçu son prix. "Je veux dédier mon prix à ma mère qui est décédée il y a trois ans. Je suis sûr qu'elle me regarde ce soir", a-t-il ajouté. "Hrutar", son deuxième long métrage de fiction, se déroule dans une vallée isolée d'Islande où deux frères qui ne se parlent plus depuis quarante ans vont devoir s'unir pour sauver ce qu'ils ont de plus précieux: leurs béliers.

La présidente du jury, l'actrice et réalisatrice italo-américaine Isabella Rosellini a déclaré que le prix avait été décerné au réalisateur islandais "pour avoir traité magistralement, à travers le tragi-comique, l'indéniable lien qui réunit la nature humaine et la nature animale". Grimur Hakonarson est diplômé de l'école de cinéma de Prague. Il est passé en 2005 par la Cinéfondation à Cannes, section qui révèle de nouveaux talents issus d'écoles de cinéma, avec son film "Slavek The Shit". Un certain regard est l'une des sélections officielles du Festival de Cannes aux côtés de la compétition. Dix-neuf films concouraient cette année dans cette section, dont quatre premiers films. Le prix Un Certain Regard avait été décerné en 2014 à "White God" de Kornél Mundruczó.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK