"C'est reparti pour un tour", se réjouissait Maurane lors de sa dernière interview

C'est tout un pays, voire même au-delà, puisque la France semble tout autant touchée, qui semble sous le choc ce mardi, après l'annonce du décès de la chanteuse Maurane survenu lundi soir.

Une nouvelle qui paraît d'autant plus incompréhensible quand on réécoute la dernière interview qu'elle livrait, 24 heures avant son décès, avant sa montée sur scène à la fête de l'Iris, pour y interpréter trois titres de Jacques Brel, dont un en duo avec la chanteuse Typh Barrow

Interrogée par une équipe de "C'est du Belge", elle y évoquait les problèmes de santé qui l'avaient tracassé, mais qui semblaient désormais derrière elle: "Ça fait trois jours en suivant que je rechante, se réjouissait-elle. C'est une espèce de renaissance parce que je vous avoue que j'ai vraiment cru, pendant presque un an, que je ne rechanterais plus.

Un souci de voix, qui n'a jamais pu être identifié, et des problèmes de dos l'ont ainsi tenu loin de la scène pendant près de deux ans. "Mais ça va mieux, et me revoiloù" déclarait-elle, annonçant l'album "Brel" qu'elle était en train de préparer.

Maurane rappelait que ce projet lui tenait particulièrement à coeur, non seulement parce qu'il s'agissait d'un très grand artiste, dont elle redécouvrait encore les chansons, mais aussi... "parce qu'il a marqué toute mon adolescence". On peut même dire qu'il a lancé sa carrière, quand à 18 ans, Albert-André Lheureux l'a engagé dans un spectacle, sorte de poème symphonique sur Brel avec lequel elle a tourné en Afrique, à Moscou,...

Bref, pour la chanteuse, tout semblait rouler de nouveau... "C'est reparti pour un tour, comme on dit, et puis 2019, la tournée... j'ai envie de dire que j'ai encore le temps, mais le temps passe tellement vite..." disait-elle.

Et de conclure: "Les affaires reprennent".

Et puis cette terrible annonce, cette nuit de lundi à mardi...

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK