Bye Bye Belgium: vous nous avez raconté comment vous avez vécu ce moment en 2006

L'émission Bye Bye Belgium a suscité beaucoup d'émotion
2 images
L'émission Bye Bye Belgium a suscité beaucoup d'émotion - © Eric LALMAND - BELGA

Le 13 décembre 2006, la RTBF faisait sensation en diffusant le programme de docu-fiction "Bye Bye Belgium". Nous avons demandé aux téléspectateurs comment ils avaient vécu cette émission très spéciale et les souvenirs qu'ils en gardaient.

Ceux qui ont été choqués et qui désapprouvaient

Christophe Levaque : Quelle débilité profonde, cette émission!! Quel était l'intérêt ?? Jouer ainsi avec les sentiments et les émotions des gens, c'est dégoûtant!!! A croire que finalement, ce sont plus les francophones du pays qui la veulent, cette séparation !! Je ne suis pas contre une confédération, par contre, comme en Suisse, où ils vivent en harmonie de cette façon...

Geneviève Brousmiche: J'ai détesté... je vous en veux encore.... et maintenant c'est quasi la réalité… Grrrrr.

Fabienne Mascarello: C'est honteux ! Vous êtes là pour informer les gens et pas pour raconter des idioties ni pour fabuler !!! Pour qui vous prenez-vous ???!!!

Je ne cautionne pas ce genre de provocation

Christopher Kindt: Vous trouviez cela malin de faire cette fiction à l'époque? Beaucoup de mes proches ont paniqué après ça.

Antoine Dhssleer: C'est là que s'arrêtait le travail de journaliste et commençait la carrière de romanciers au sein du JT national... Vraiment déontologique tout ça ?

Yvonne Pierard: J'ai détesté et je ne cautionne pas ce genre de provocation. Ils doivent informer et ne pas semer la panique.

Nadine van Ormelingen-Deome: Je n'ai pas aimé du tout, j'étais mal à l'aise et je le regrette encore.

Stephane Borghese : Complètement débile ???? "Debri" et toute sa clique de grands journalistes activistes ! En Ukraine quelques années plus tard, la TV a fait le même coup ! Résultat: une veille femme morte d'une crise cardiaque.

Stéphane Saulmont : Désolé, mais canular était de très mauvais goût, je me souviens de monsieur Yves Leterme comparant à juste titre la RTBF à Radio mille collines.

Ceux qui approuvaient

Damien Lecomte : Moment extraordinaire ! Trop gros pour y croire vraiment mais initier une réflexion sur nos problèmes communautaires était bien le devoir d'un service public d'information. Un événement annonciateur des difficultés de créer un gouvernement (4 ans plus tard, nos élus ont mis un an et demi à former un gouvernement). Je crois qu'une telle émission n'était possible qu'en Belgique. L'autodérision, l'autocritique sont également nos atouts. Oser se remettre en question... même si nos politiques n'ont pas encore vraiment compris...

Claude Wolteche: Absolument génial, je l'ai vécu en direct. Non il n'y avait pas de doute possible, la fiction était évidente même si j'avoue avoir pris un malin plaisir à douter ! Je suis tout ce qui a de plus Belgicain mais parfois (souvent) je me dis que le prix est trop élevé... il vaut mieux être raisonnable mais ne céder sur rien !

Véronique Noulet: J'ai adoré et après j'ai même pris le journal et acheté le CD de ce super canular.

Oli Vier: C'était un coup de génie de la chaîne!! Je le penserai toujours. Ce jour-là on mettait fin à la volonté politicienne de vouloir séparer le pays ! Un mouvement de panique de la population a bien montré combien les gens sont attachés à leur pays et qu'aucunement Flamands et Wallons tiennent à se séparer.

Vous avez été un lanceur d'alerte

Jean-Michel Bousmanne: C'était bien fait et vous avez eu raison de faire cette émission. Je me souviens que tout le monde n'était pas d'accord au sein de vos journalistes et qu'il y avait eu des critiques de la part de certains qui ne considéraient pas cela comme étant du journalisme. Pour comparer cela à un terme fort à la mode actuellement, vous avez été un "lanceur d'alerte".

Laetitia Coquelet: Je l'ai trouvé extraordinaire et surréaliste, si bien que j'ai basé mon mémoire en Sciences Po sur cette émission!

Dominique Rago: C'était franchement tout bon, la RTBF avait fait très fort ce jour-là. Mais avec le recul, c'était une prédiction qui va peut-être se vérifier dans un futur proche. Bravo à la RTBF de montrer que les Belges tiennent à l'unité de leur pays.

Josée Temmerman: Moi j'ai adoré ! Quelque peu inquiète sur le moment mais vite compris qu'il s'agissait d'une sorte d'émission à sensation.

Claudine Denys Rigby: C'était excellent, prémonitoire et je ne suis pas tombée dans le panneau. Un grand moment de télé! Bravo!

François Gonay : On a tous marché je pense, j'ai adoré ce moment de déstabilisation.

Henry de Lagardère: J'ai adoré, j'avais vu la bande "fiction" défiler; malgré tout mon fils paniqué m'a téléphoner m'invitant à vite regarder la une. J'ai acheté le DVD historique.

Joëlle Dreessen : Très réussi, la preuve on en parle 10 ans après comme si c'était hier: cela a fait réfléchir beaucoup de Belges. J'ai eu juste un peu de tristesse pour les personnes âgées auxquelles probablement les protagonistes n'avaient pas pensé, et qui ne méritaient pas d'être secouées comme ça. Mais bravo quand-même.

Annie Xhibitte : C'était fou! Ma sœur jumelle m'a appelé pour voir si je regardais la Une, elle pleurait, affolée et moi j'essayais de comprendre Ce qui se passait! Nous étions sidérées !!! L'invraisemblable semblait se réalisé !!! L'horreur...! Nous étions tétanisées ! Et puis j'ai lu que c'était une fiction incroyable, quel réalisme !!! On y a cru!!! Franchement un coup magistral!! Bravo encore pour avoir osé. Quel professionnalisme.

Daniel Durvaux: Déjà il y a 10 ans je trouvais que c'était un coup de génie mais avec le recul, je tire mon chapeau à ceux qui ont participé à ce projet ! Car ce documentaire de grand qualité a réveillé à juste titre un grand nombre de personnes ! Je rigole aussi encore des réactions hypocrites des politiciens à l'époque (et aussi des journalistes de la RTBF n'ayant pas participé au projet qui maintenant applaudissent alors qu'il y a 10 ans ils critiquaient vertement l'émission et leurs collègues, surtout lorsque ceux-ci se sont retrouvés dans l'œil du cyclone...). Rarement un documentaire aura eu autant d'impact sur la société et ces journalistes qui se sont mis en danger pour ce projet sont de véritables lanceurs d'alerte, des (r)éveilleurs de conscience !! Bravo à eux !!

Ceux qui ont eu des sentiments plus mitigés

Elisabeth Kistiaens: Il y a 10 ans, je ne sais plus d’où je revenais mais en tout état de cause je n’étais pas chez moi au début.  J’allume la TV et je tombe en plein reportage en direct de la place des Palais. Or je sais que je venais d’y passer avec le bus. Je ne comprenais absolument pas ce que je voyais et entendais. J’appelle un copain qui me dit que ce n’est pas possible, que ça doit être une blague mais que ce n’est pas du tout le style de la RTBF de faire ça. On pourrait l’attendre de la BRT, plus iconoclaste mais la RTB… J’appelle donc mon père pour voir s’il a vu le début : "Oui, mais je ne sais pas ce que c’est. Tu n’as rien vu en rentrant ?" Ben non, je n’ai rien vu. Bien au fond de moi, ça panique un peu. Mais soudain je remarque un logo qui, à mon avis, vient d’apparaître. Je m’approche de mon téléviseur, mon écran n’étant pas très grand, et il me semble reconnaître le logo de "Tout ça ne nous rendra pas le Congo" (ou Strip-Tease). Je commence à un peu respirer mais quand même, De Brigode, les ministres interviewés, tout ça me semble impossible qu’ils aient joué dans une telle conspiration. Depuis La Guerre des Mondes d’Orwell, ils savent quand même à quel point ce genre de truc peut fiche la trouille aux gens. Mais non, ils ont osé ! Je ne sais toujours pas si je suis toujours fâchée ou admirative mais je suis certaine que c’était très dangereux et, s’il y a eu un électrochoc, ce n’est peut-être pas celui qu’ils attendaient. Je suis en tous cas admirative pour le secret gardé et la qualité du programme.

Anne Guy Debeuf: Une émission pleine de vérité et de contraste. Un jour, la Belgique sera-t-elle une confédération comme en Suisse ? Oui nous le valons bien. Il reste encore une étape, battre les socialos de wallons aux prochaines élections, ce n'est pas gagné...

Véronique Mazet : Merci, cela m'a ouvert les yeux, je ne fais plus confiance aux journalistes et je mets en doute chacune de leurs paroles.

Sandrine Francis Robert: Fiction pas loin de la réalité. La Wallonie va devoir s'assumer et elle en est capable.

Michelle Delens: Ma première réaction, le choc. Rassurer ma sœur en Amérique centrale lui dire que tout était calme. Et puis plus le temps passait, plus j'étais rassurée. C'était une émission pour nous montrer que cela pouvait arriver. Je crois qu'un truc comme cela, même si beaucoup de personnes ont eu peur, nous a ouvert les yeux sur le danger des partis d'extrême-droite.

Sandrine Vandurme: Ma première réaction, j'ai fondu en larmes, je tremblais, je zappais entre la chaine concurrente en me disant que c'était pas possible. J'ai téléphoné à ma sœur qui habite en Flandre, lui disant que c'était grave très grave, pas un instant j'ai remis en cause la supercherie, vous m'avez bien eu et j'ai ri de moi-même mais ma peur a été bien réelle pendant plus d'une heure....

Bachir Elhmidi: Je me rappelle très bien de ce le premier sentiments c'est la déception de quoi je ne sais pas peut-être de tout plus un énorme choque au point que je suis resté scotché dans mon fauteuil, jusqu'à ce que RTBF annonce que c'est un canular.

On a été nombreux à devoir rassurer notre maman :-)

Eleanor M Lil-Nichols : Maman d'un bout de chou d'un mois, j'ai eu cette seconde d'hésitation qu'ont les gens qui n'ont pas dormi depuis plusieurs nuits mais j'ai zappé sur Eén et là évidemment rien. Un bel exercice de critique de média. par contre, ma maman était en panique totale et rien n'y faisait pour la rassurer.

Philippe Rasquinet: J'étais sous le choc. Quelque part, je me disais que quelque chose n'allait pas dans ce reportage... trop cheap, mais d'un autre côté, c'était crédible, dans le fond. Une de mes filles a pleuré. J'ai expliqué à mes enfants le principe de base d'un divorce. J'y ai cru pendant un quart d'heure, et quand le choc émotionnel est passé, j'ai regardé mieux et j'ai compris. En y repensant après, je n'ai même pas pensé à regarder sur les chaines concurrentes et je me suis trouvé débile.

Gladys Forget: Il suffisait de zapper les autres chaines notamment les privées ne bougeaient pas...

Anne Lejeune : 1. Les yeux écarquillés "C'est une blague ?" 2. Et puis ce relent de "Tout ça ne nous rendra pas le Congo". 3. Trop fort ! Il fallait oser... c'est du belge.

Nadia Magniette: Je n'ai pas vraiment réagi, j'ai très vite compris le canular, et changé de chaîne.

Stéphane Jacobs: C'est fou ce qu'on a été nombreux à devoir rassurer notre maman :-) Mais cette émission tenait du coup de génie.

Mariane Duberti: Pas cru du tout. Mon avis ne serait pas le même aujourd'hui vu la mainmise de la Flandre sur les administrations fédérales.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK