Booba et Kaaris, une relation qui avait pourtant bien commencé

Booba (à gauche) et Kaaris (à droite) ont collaboré sur deux titres avant d'en venir aux mains le 1er août 2018
3 images
Booba (à gauche) et Kaaris (à droite) ont collaboré sur deux titres avant d'en venir aux mains le 1er août 2018 - © ISOPIX

Le rideau est tombé ce mardi sur le procès qui a opposé les rappeurs français Booba et Kaaris en septembre. La tribunal correctionnel d'Orly a rendu son jugement : les deux protagonistes ont écopé de 18 mois de prison avec sursis alors que le procureur a requis 1 an de détention avec sursis pour les deux stars du rap. Ce jugement découle d'une violente rixe entre les deux hommes. Si les faits se sont déroulés le 1er août 2018, le torchon brûlait depuis plusieurs années déjà. Retour aux les origines de la discorde.

Depuis que ce genre musical existe, le rap est le théâtre de nombreux affrontements, souvent juste verbaux mais parfois plus violents. Conformément à cette tradition, Booba, 41 ans et Kaaris 38 ans ne dérogent pas à la règle et envoient régulièrement des piques à leurs confrères, qui se muent parfois en rivaux, à coups de punchlines acerbes.

Des débuts cordiaux

Si la bagarre qui a mené les icônes du rap à en venir aux mains, leur relation avait pourtant connu des débuts plutôt paisibles, voire même amicaux. Dès les années 90, Booba connaît le succès avec le groupe Lunatic. C'est d'ailleurs avec ce collectif qu'il va démocratiser un style de rap aux paroles plus crues, parfois vulgaires, qui plaira aux fans de ce genre musical.

Durant toutes ces années, Ellie Yaffa, le vrai nom de Booba, multiplie les clashs et fait des rivalités qu'il entretient avec d'autres rappeurs son fond de commerce. C'est à la même époque que Okou Armand Gnakouri, sous le nom de Kaaris, lance sa carrière. Contre toute attente, cet artiste ne reçoit aucun tacle de Booba. Au contraire, il l'invite à partager deux morceaux avec lui et contribue grandement à faire grandir la notoriété de son futur rival.

Parmi ces titres, "Kalash" qui aura un succès retentissant malgré des paroles parfois douteuses :

Le calme avant la tempête

Pendant plusieurs années, aucun nuage ne point à l'horizon de cette relation professionnelle presque sans tumulte. Les rapports entretenus par Booba et Kaaris font figure d'exception alors que chacun d'eux font couler de l'encre via leurs accrochages avec d'autres rappeurs comme La Fouine ou Rohff. 

Mais dans ce monde de paroles franches, crues et sans censures, les esprits s'échauffent plus vite qu'ailleurs. C'est un freestyle de Kaaris sur la radio Skyrock le 4 mars 2014 qui a mis le feu aux poudres. Alors que son succès grimpe, le disque d'or du premier album qui sort après sa collaboration avec Booba en est témoin, Kaaris évoque le "numéro un", avant d'annoncer "attendre que le soleil soit assez haut pour que tous le voient tuer le roi". 

La référence n'est pas claire mais les internautes eux, associent directement cette attaque à Booba.

 

Un clash entretenu sur les réseaux sociaux

Forcément, ces attaques ne restent pas sans réponse. Suivant la tradition du coup pour coup qui est reine dans le milieu, Booba finit par répliquer à coups de posts sur les réseaux. Mais le rappeur ne s'arrête pas là, dans plusieurs interviews, il évoque aussi son ancien collaborateur, n'hésitant jamais à lui envoyer des tacles dans les dents.

C'est précisément sur Instagram que la bisbrouille est la plus fréquente. À l'aide de photomontages, le rappeur humilie celui qu'il qualifie de "son fils", en référence au succès qu'il a connu à ses côtés. Forcément, ces piques ne restent pas sans réponse et Kaaris lui rend la pareille sur son compte personnel.

De cette façon, la rivalité est entretenue au fil des années et en lisant les commentaires, on peut clairement affirmer que les fans s'en délectent. Coup après coup, des milliers de personnes suivent cette dispute 2.0 comme ils suivraient les épisodes des "Feux de l'amour", chaque nouvelle publication apportant son lot de rebondissements.

Le sommet de la discorde

Après plusieurs années de désaccords et de clashs virtuels, c'est à l'aéroport d'Orly que cette mésentente a atteint son apogée. Filmés par plusieurs internautes, les deux rappeurs en sont venus aux mains. Cette empoignade a fait plusieurs blessés légers mais surtout 50.000 euros de dégâts matériels.

Les frères ennemis ont été directement interpellés puis placés en détention provisoire durant 3 semaines. Depuis, ils ne se côtoient plus du tout et évitent même d'évoquer le nom de l'autre sur les réseaux sociaux. Mais c'était sans compter sur la décision de l'aéroport de porter plainte contre les deux hommes, entamant un procès qui aura duré tout l'été.

A-t-il pour autant marqué cette lessive publiqued'un point final ? Pour répondre à cette question, il faudra attendre les prochains mois.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK