Biennale de Venise: le pavillon belge reçoit une mention spéciale, une première en 100 ans

Le pavillon belge à la 58ème Biennale de Venise, « Mondo cane » des artistes Harald Thys et Jos de Gruyter et de la commissaire Anne-Claire Schmitz, a reçu une mention spéciale ce samedi 11 mai lors de la remise des prix. 

Le Lion d'Or de la biennale est lui revenu au projet lituanien Sun & Sea de Lina Lapelyte, Vaiva Grainyte and Rugile Barzdziukaite.

Parmi les favoris, on comptait aussi le pavillon du Ghana rassemblant des oeuvres d'une dizaine d'artistes dont El Anatsuiet le pavillon de la France par Laure Prouvost. 

Une récompense historique

Alda Greoli a annoncé qu'elle se réjouissait vivement de cette « récompense historique (...), un deuxième prix amplement mérité. Une première en plus de 100 ans de participation pour notre pays ! »

« C’est la première fois dans l’histoire de sa participation à cet événement prestigieux que la création belge est ainsi récompensée. Cette reconnaissance internationale démontre la qualité de notre pratique artistique. Ce résultat n’aurait pas été possible sans l’exceptionnel travail des plasticiens Jos De Gruyter et Harald Thys, mais aussi de la commissaire Anne-Claire Schmitz », peut-on lire dans le communiqué du ministère. 

En août dernier, la désignation des deux artistes flamand par la Fédération Wallonie-Bruxelles et sa ministre de la Culture Alda Greoli (cdH) avait créé la polémique. 

Se jouer des paradoxes contemporains

« Mondo Cane » est une exposition engagée, au propos fort. Elle évoque autant l’expression italienne que le documentaire éponyme qui propose un instantané des pratiques culturelles les plus folles et déviantes à l’aube des années 60. En 2019, les deux artistes situent leur propos au cœur d’une ségrégation, de deux mondes parallèles qui ne sont pas sans convoquer, comme le pointe avec justesse la commissaire, « une curiosité décalée de la réalité contemporaine ».

Avec une intelligence renouvelée, un univers référencé et leur langage singulier, Harald Thys et Jos de Gruyter ont comme dessein, en des entrecroisements féconds, de se jouer des paradoxes du monde contemporain. Ils y dessinent en creux une lecture critique non dénuée de l’humour corrosif qui les caractérise.

Les Belges pourront admirer « Mondo Cane » dès le 14 février 2020 à BOZAR.

Revivez l'ouverture du pavillon belge à la Biennale de Venise dans le JT du 9 mai dernier

Plan Cult' avait été à la rencontre des artistes peu avant l'inauguration

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK