Benoît Poelvoorde casse la baraque avec ses amis du "Grand Soir" à Cannes

Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Benoît Delépine, Gustave Kerven et leur producteur Jean-Pierre Guerin étaient présents dans la salle lors de la vision de presse.
6 images
Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Benoît Delépine, Gustave Kerven et leur producteur Jean-Pierre Guerin étaient présents dans la salle lors de la vision de presse. - © C. Biourge

Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel et les réalisateurs Benoît Delépine et Gustave Kerven ont assisté ce mardi à 11h à la projection presse du film pour lequel ils sont à Cannes, "Le Grand Soir", présenté dans la section Un Certain Regard. Une projection très animée à la fin de laquelle Gustave Kerven s'est retrouvé torse nu sur scène. Avant ça, l'équipe du film s'était déjà fait remarquer lors du photo call.

C'est Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, qui en a parlé. Venu sur scène présenter à la presse le film de Benoît Delépine et Gustave Kerven, il a annoncé que l'équipe du film s'était amusée à démonter le plateau du photo call. "Ils veulent faire parler d'eux plus que Brad Pitt (...) Les techniciens sont en train de réparer maintenant mais ils ont présenté leurs excuses officielles. Maintenant la journée est loin d'être terminée", a-t-il déclaré. On ne sait pas s'il riait jaune ou non.

L'équipe du film, présente dans la salle, est ensuite montée sur scène. Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel et les réalisateurs Benoît Delépine et Gustave Kerven n'ont pas manqué de faire les pitres, assurant que s'ils ne remportaient pas le prix, ils iraient trouver le président du jury. "On sait où il habite", ont-ils dit. Toujours sur le ton de la rigolade, ils ont exigé des journalistes qu'ils réagissent bien au film et que surtout ils applaudissent. Ce qui fut fait pendant de longues minutes à la fin de la projection. Ce qui a poussé Gustave Kerven à se déshabiller jusqu'à la taille jetant même sa montre et sa chemisette dans le public. 

Les quatre compères ont ensuite continué sur leur lancée. Ils se sont déchaînés devant les journalistes venus les interviewer. Gustave Kerven, qui alternait les verres de rosé entre les interviews, s'est même endormi en direct sur un canapé.

C. Biourge

 

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK