BD - Un " mook " autour de Tintin, et une exposition consacrée, à Bruxelles, à Laurent Verron

Tintin c'est l'aventure et Laurent Verron
4 images
Tintin c'est l'aventure et Laurent Verron - © Moulinsart et Geo - Laurent Verron

Deux univers dessinés différents, deux actualités qui ne manquent pas d’intérêt !

Tintin, c’est l’aventure

Sous le terme " mook ", terme quelque peu barbare, se cache un objet d’édition qu’on peut situer entre le livre et la revue. Avec " Tintin c’est l’aventure ", il s’agit d’une revue, donc, au contenu à la fois varié et à la fois très organisé. Un " mook " née de la collaboration entre Geo et les éditions Moulinsart, et qui en est aujourd’hui à son septième numéro trimestriel : un numéro consacré à la jungle.

Bien évidemment, le personnage de Tintin y est bien présent !  Mais s’il est vrai que cette revue ne peut que plaire aux tintinophiles, de par l’abondance iconographique de la présence d’Hergé, ce magazine présente bien d’autres intérêts… Dans ce numéro 7, par exemple, on peut trouver 10 planches inédites de François Boucq : une aventure surréaliste et folle de Jérôme Moucherot, vécue " à l’extérieur, dans l’univers d’autrui, de tous les autres ", et la jungle, comme l’enfer, c’est les autres !

Il y a des articles de fond, aussi, qui nous racontent la jungle d’hier, d’aujourd’hui, qui nous parlent de l’Amazonie, du Brésil, des combats pour préserver cette nature sauvage. Avec des photos, dans la tradition du magazine GEO, avec, surtout, ces dessins d’Hergé qui se baladent dans toute la revue, des dessins toujours bien choisis pour qu’ils correspondent aux contenus des articles.

Mais la bd y est d’évidence à l‘honneur.

Avec Hergé, bien entendu, mais aussi avec Boucq, avec un carnet de voyage dessiné par Hugo Pratt, avec un article de Daniel Couvreur consacré à des illustrations d’Hergé uniquement consacrées à la jungle.

En avouant que je ne suis pas tintinophile, je dois dire que je suis séduit par le mélange savant qu’il y a dans cette revue entre la ligne claire et le contenu éditorial.

Laurent Verron s’expose à Bruxelles jusqu’au 27 mars

Dans la filiation des auteurs de Charleroi, d’un style très éloigné de " La ligne claire " chère à Hergé, Laurent Verron a derrière lui une carrière classique, certes, mais toujours soucieuse de qualité, dans le graphisme comme dans le choix des scénarios.

Et il s’expose donc à Bruxelles jusqu’au 27 mars prochain, à la galerie Champaka, avec des planches originales d’Odilon Verjus, série iconoclaste parue entre 1996 et 2006, d’autres de Boule et Bill, et enfin celles de Mademoiselle J.

Ce qui est intéressant dans cette petite " rétrospective ", c’est de pouvoir suivre l’évolution de Laurent Verron, des années 90 jusqu’à aujourd’hui. Et d’y découvrir par exemple la façon dont, en quelque vingt ans, il s’intéresse aux décors…

Jacques Schraûwen

" Tintin c’est l’aventure numéro 7, la jungle ", à trouver chez votre libraire favori.

Exposition de Laurent Verron jusqu’au 27 mars à la Galerie Champaka, rue Allard, 1000 Bruxelles

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK