Ric Hochet fait son grand retour, cinq ans après la disparition de Tibet

Le dessinateur Tibet est décédé il y a 5 ans.
Le dessinateur Tibet est décédé il y a 5 ans. - © ROBERT VANDEN BRUGGE - BELGA

Un événement dans le monde de la bande dessinée belge ce vendredi : cela fait cinq ans que Tibet s’est envolé au paradis des petits Mickeys, et un de ses personnages fétiches reprend vie. Ric Hochet, crée par Tibet et Duchâteau dans les années 50, nous revient en pleine forme ! Et s’éloigne de l’image bon chic bon genre que ce héros possédait auprès des fans de 7 à 77 ans.

Ric Hochet appartient à l’histoire de la bande dessinée. Journaliste, aventurier, enquêteur, il est né dans les années cinquante et a vécu près de 80 aventures sous la houlette du dessinateur Tibet et du scénariste Duchâteau.

Il était à l’image des héros pour la jeunesse : sage, gentil, serviable, intelligent, avec un soupçon d’humour. Et voici qu’il reprend vie, scénarisé par Zidrou, et dessiné par Van Liemt, cinq ans après le décès de Tibet. Et s’il reste fidèle à ce qu’il a été, il a quand même pris un fameux coup de jeune.

"C'est un personnage particulier, confie le dessinateur Simon Van Liemt. Il a beaucoup évolué au fil des années. Physiquement notamment. Il est très typé par rapport à chaque période, que ce soit dans les années 70 avec des pantalons plus souples, une coupe de cheveux plus longue... Il s'est un petit peu tassé avec l'âge aussi. Au début, Ric Hochet, c'est vraiment un bonhomme très élancé."

"J'ai voulu me rapprocher du look du personnage des années 60, parce que, tout simplement, l'album se déroule en 1968. Cela me semblait légitime."

"On n'accepte plus un héros qui soit une enveloppe vide"

Malgré cela, le personnage de Ric Hochet se modernise grandement. Une modernisation qui, pour Zidrou, était "obligatoire". Il fallait, dit-il, "donner de l'étoffe à chacun des personnages" : "dans cet album-ci, surtout à Nadine, la fiancée de Ric Hochet et la nièce du commissaire Bourdon, à qui j'ai aussi donné un peu plus d'étoffe."

"Le lecteur, le spectateur ou téléspectateur de 2015 a reçu d'autres types de feuilletons, d'autres types de narration, dans tous les registres (télévision, feuilleton, roman, etc.)... On ne peut plus lui raconter d'histoire avec des personnages tels qu'avant. Donc, oui, je me suis vraiment amusé à le faire. Alors, quand Lombard m'a dit que cela allait peut-être débouché sur une série, j'ai dit 'Bon, en avant ! J'ai plein d'idées, allons-y !'."

"De toute façon, cela me vient naturellement, je scénarise comme ça me vient. Après on voit ce que ça donne. On n'accepte plus un héros qui soit une enveloppe vide, une espèce de marionnette. Il faut lui donner de la texture."

On ne sait pas encore combien d'albums paraîtront, mais Van Liemt dit déjà espérer en faire "autant que Tibet et Duchâteau".

T.M. avec Jacques Schauwen

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK