BD - Petits Travers : pour (re)découvrir le talent de Claire Bretécher !

petits travers
4 images
petits travers - © dargaud

Un livre, " Petits Travers ", et une femme, Claire Bretécher, qui vient de mourir à l’âge de 79 printemps. Avec Florence Cestac, Annie Goetzinger, Chantal Montellier et Nicole Claveloux, Claire Bretécher fait partie de ces autrices qui se sont affirmées femmes dans un monde d’hommes !  

Paru en septembre 2018, ce livre nous montre les réactions qu’on peut avoir toutes et tous en vivant, tout simplement. Claire Bretécher nous parle de générations, en faisant dire à deux de ses personnages : " les vieux ça comprend rien, les jeunes c’est le déclin ". Elle nous parle du look et nous dit que " le bon goût à la bourge devient tendance again ". Un autre chapitre est consacré à la bouffe, au bio avec, par exemple, cette femme de papier qui dit, en parlant du sable qui reste dans sa salade : " j’ai passé deux heures à enlever le fioul ! "… D’autres chapitres s’intéressent à l’éducation, aux religions, à l’amour, au sexe, aux vacances, à la publicité…

Depuis toujours, Claire Bretécher nous tend le miroir de nos réalités quotidiennes…

C’est dans les années 60 qu’elle a osé, le mot n’est pas trop fort, se lancer dans le monde macho des " petits mickeys. Elle a ainsi collaboré aux magazines qui occupaient alors le terrain de la bd pour jeune public : Tintin, Record, Spirou. Spirou, dans les pages duquel elle donnera vie aux Gnan-Gnan, aux Naufragés, avec des scénaristes comme Cauvin ou Yvan Delporte. Et puis, ce fut Cellulite, dans Pilote, une femme loin des canons habituels de la féminité, un personnage de papier qui révélait le talent d’observatrice lucide et quelque peu cynique de Claire Bretécher. Mais toujours sans méchanceté !

Avec l’Echo des Savanes, ce fut la création des " Frustrés ", image peu épique d’une société des années 70, à la recherche d’un sens, cette société dans laquelle l’amertume d’une révolution ratée le disputait à une arrivée en force d’un monde aux seules valeurs financières, donc déshumanisantes.

Il serait fastidieux de citer tous les albums de Claire Bretécher. Mais il faut quand même se souvenir de sa participation à l’extraordinaire " Trombone Illustré ", en compagnie de Franquin… Et ce qui est important, par contre, c’est de souligner qu’elle fut toujours revendicatrice d’une place essentielle à accorder aux femmes dans tout acte créatif, donc dans le neuvième art également. Et, pour ce faire, Claire Bretécher s’est faite plus sociologue que combattante, imposant son style et son humour dans un monde qui avait de la peine à arrêter d’être " macho ".

Et puis, il y a le dessin de Bretécher, un dessin reconnaissable au premier coup d’œil… Un dessin souple et vif, un peu comme du Sempé simplifié… Ce sont des gags aussi, comme dans ces " Petits travers ", des histoires humaines résumées en un seul dessin.

Claire Bretécher, c’était et c’est toujours un miroir aux reflets éblouissants de qui nous sommes, de ce que nous vivons, de ce dont nous rêvons… Des Snobs des années 70 aux anciens soixante-huitards des années 2000 et jusqu’aux bobos d’aujourd’hui, c’est avec une évidente lucidité que Claire Bretécher observait le monde dans lequel elle vivait !

 

Jacques Schraûwen

Petits Travers (autrice : Claire Bretécher – éditeur : Dargaud – 112 pages – date de sortie : septembre 2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK