Attention aux tentatives d'hameçonnage sur Google Calendar

Attention aux tentatives d’hameçonnage sur Google Calendar
Attention aux tentatives d’hameçonnage sur Google Calendar - © Tous droits réservés

En début de semaine, des problèmes liés à l’utilisation de Google Agenda ont été rapportés aux quatre coins du monde. Si la firme américaine n’a mis que très peu de temps à régler ce problème, il semblerait que le calendrier de Google ne soit pas épargné par des techniques de piratage.

Ainsi comme le rapporte le rapporte l’entreprise de cybersécurité Kaspersky, de nouvelles techniques d’hameçonnage, pratique qui consiste à récupérer les informations privées d’un utilisateur, ont fait leur apparition sur le calendrier durant le mois de mai.

Pour arriver à leurs fins, les pirates profitent d’une "faille" qui permet à n’importe qui d’inviter une autre personne à un événement en encodant simplement son adresse mail. Les invitations s’affichent donc dans l’agenda de la personne visée même si celle-ci ne confirme pas sa présence. Des notifications sont ensuite automatiquement envoyées dès lors que la date de l’événement approche.

Si la personne clique sur le rendez-vous, elle sera ensuite redirigée vers un site malveillant. Sur celui-ci, des coordonnées bancaires ou des codes d’accès pourraient être réclamées. Il vous est toutefois possible de modifier vos paramètres dans l’application pour éviter que cela ne se produise.

Par défaut, l’affichage de tous les événements est accepté. Pour modifier cela, il faut vous rendre dans la section "ajouter automatiquement les invitations" sur le calendrier. Choisissez ensuite l’option de n’afficher que les invitations auxquelles vous avez répondu par "oui" ou "peut-être". Vous pouvez également désélectionner l’option "afficher les événements refusés" dans les options d’affichage afin d’éviter de voir ces événements indésirables dans votre liste.

Kaspersky rappelle également qu’il est fortement conseillé de ne jamais entrer vos données personnelles sur un site dont vous n’êtes pas entièrement sur de l’authenticité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK