Applications prédictives: elles nous connaîtront mieux que nous

Un exemple: vous venez de vivre une journée particulièrement difficile où rien n’a fonctionné comme prévu. Mais une fois devant votre porte, vous y trouvez une bouteille de vin, une boîte de chocolats ou un bouquet de fleurs. Et cela sans la moindre intervention humaine. C’est ce qui pourrait être rendu possible grâce à ces applications prédictives qui auront commandé toutes ces douceurs à votre place, rien qu’en analysant vos capteurs vitaux. Des capteurs qui se trouveront sur internet et dans nos appareils mobiles.

Comme un ami numérique

Cette théorie des applications "autonomes" est défendue par Mike Gualtieri du bureau de recherche Forrester qui compare les futures applis à des amis numériques: "Vos amis savent que vous mangez, depuis peu, de la nourriture diététique. Ils découvrent que c’est parce que vous voulez maigrir et que la raison de tout cela est que vous recherchez une nouvelle relation sentimentale. Réunissez ces infos dans une appli disposant de capteurs et d’une intelligence artificielle, et vous aurez le début d’une application prédictive qui apprendra à vous connaître, comme un ami apprend à vous connaître."

Selon le chercheur, l’intelligence artificielle va contextualiser les données accumulées pour en tirer des prédictions. Depuis les plus évidentes (une date anniversaire) jusqu’aux plus complexes (nos sentiments à un moment donné et dans un lieu donné).

Le président de la société ClickSoftware précise qu’il ne faudra rien introduire dans son smartphone et –surtout- qu’il ne faudra cliquer sur aucune icône. Tout se fera automatiquement.

Les risques au tournant

Les applications actuelles n’agissent que sur notre injonction (acheter un objet, effectuer un retrait bancaire), etc. Dans l’avenir, l’individu pourra laisser carte blanche à l’application.

Avec les risques d’erreur que cela suppose. Le chercheur rappelle d’ailleurs que, pour une machine (ici une application), la prédiction repose sur des calculs de probabilité. C’est ce qu’on appelle parfois la “logique floue”. Et la probabilité n’est pas synonyme de certitude.

Big Data et internet des objets

Il y a ensuite le risque de tomber dans le ciblage publicitaire total. Avec l’application prédictive, nous cesseront d’être des profils pour apparaître comme des individus. Les spécialistes de la publicité parlent d’une nouvelle ère de "l’expérience hyperindividuelle." La façon dont les applis des smartphones nous "pompent" nos données en donne déjà un aperçu.

L’apparition de ces applications autonomes n’a plus rien d’un rêve (ou d’un cauchemar). Déjà des scientifiques du MIT (l’une des plus prestigieuses universités américaines) écrivent des articles sur ces applications prédictives. Plus nous serons connectés à des capteurs, plus nous serons prévisibles. Les capteurs peuvent être sur nos smartphones (capteurs cardiaques, sonores et autres) ou sur le net, via les cookies.

Ces applications prédictibles naissent de deux univers numériques récents: d’une part le big data, (l’accès à des monceaux de données), et d’autre part " l’internet des objet " qui permet à des dispositifs non humains (du frigo à la montre connectée en passant par le système d’alarme du domicile), d’affiner les données individuelles sur chacun de nous.

On en reparlera dans 5 ou 10 ans. Pas plus.

Jean-Claude Verset

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK