Anonymous s'attaque aux sponsors du Mondial et au gouvernement brésilien

Anonymous met ses mena
3 images
Anonymous met ses mena - © Tous droits réservés

Le mouvement de hackers Anonymous s'oppose clairement à la Coupe du Monde. Dans un communiqué de presse vidéo, il menace plus directement le gouvernement brésilien de représailles informatiques "pour sa corruption et ses actions contre le peuple". Marquant son soutien aux nombreux manifestants, Anonymous a déclaré avoir pris pour cible de nombreux annonceurs et partenaires de la compétition. Le mouvement a récemment piraté, entre autres, l'un des principaux sites de la Coupe et celui d'un sénateur fédéral.

"Vous avez créé un système dans lequel le pauvre reste pauvre, et le riche reste riche", déclare le mouvement dans la vidéo adressée au gouvernement de la présidente Dilma Rousseff.  "Il est très clair que vous n'avez pas l'intention de gouverner ce pays pour le peuple, mais que vous continuerez à le gouverner dans votre propre intérêt personnel", continue la voix synthétique, incarnée par un personnage portant le célèbre masque du mouvement de hackers anonymes.

Postée le 10 juin dernier, la vidéo rappelle que le mouvement a lancé #OPMundial2014, une opération qui veut faire cesser "la violence des forces de l'ordre contre des manifestants pacifiques" en s'attaquant aux sites du gouvernement et aux sponsors de la Coupe.

Le mouvement conclut d'ailleurs son "communiqué de presse" par un avertissement qui sonne comme une menace: "Gouvernement du Brésil, il est trop tard pour nous attendre".

Dans un entretien accordé à Reuters en mai dernier, le responsable d'Anonymous au Brésil, qui se fait appeler "Che Commodore", avait déclaré avoir mené des tests pour repérer les sites les plus vulnérables, en précisant qu'un "plan d'attaque" avait été défini.

Les compagnies Adidas, Emirates, Coca-Cola et Budweiser avaient été citées comme cibles potentielles.

Depuis cette annonce, de nombreux sites ont déjà fait les frais de premières attaques. C'est notamment le cas de celui du sénateur fédéral brésilien José Pimentel.

L'un des principaux sites brésiliens du Mondial, brazilcup.com.br, est également hors-service. Anonymous Brazil revendique son piratage.

Le 9 juin dernier, Che Commodore avait annoncé que des tweets - répertoriés avec le mot-clé #OpHackingCup - indiquant les prochaines cibles commenceraient à affluer le 11 juin à 14 heures sur le compte d'Anonymous Brazil.

Depuis, la liste de sites appartenant aux sponsors de la Coupe du Monde ou au gouvernement qui ont été hackés par le mouvement s'allonge de jour en jour.

Anonymous Brazil revendique aussi le piratage des sites de la Banque du Brésil, de la police militaire ou encore des services secrets brésiliens.

Les "hacktivistes" masqués mènent leur propre Coupe du Monde, et le match qu'ils ont engagé contre la FIFA semble loin du dernier coup de sifflet.

"Anonymous-Fifa: 137-0", ironise le groupe sur sa page Twitter.

Germain Renier

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK