Amazon promet des mini-drones pour des livraisons en 30 minutes

"Je sais que cela ressemble à de la science-fiction. Mais ce n'en est pas", a déclaré dimanche soir le fondateur et patron d'Amazon Jeff Bezos dans l'émission "60 Minutes" de la chaîne de télévision CBS.

L'ambitieux projet requiert des tests de sécurité supplémentaires et l'approbation des autorités américaines mais, selon M. Bezos, "Amazon Prime Air" pourrait être opérationnel d'ici quatre à cinq ans.

Une vidéo de démonstration postée sur le site internet de l'entreprise montre de petits engins robotisés transportant dans les airs des colis, depuis les entrepôts jusqu'aux clients ayant passé commande 30 minutes auparavant sur Amazon.com.

Dans la vidéo, le drone dépose le paquet devant une maison, avant de redécoller pour rentrer immédiatement à son entrepôt.

"Nous pouvons livrer en une demi-heure (...) et nous pouvons transporter des objets pesant jusqu'à un peu plus de deux kilos, ce qui représente 86% de ceux que nous livrons", a affirmé le fondateur d'Amazon, alors que les Américains sont entrés lundi, après le week-end de Thansgiving, dans la frénétique saison des achats de fin d'année.

Les mini-drones sont alimentés par huit moteurs électriques à hélice et peuvent évoluer dans un rayon de 16 kilomètres autour des entrepôts, ayant ainsi accès à une grande partie de la population en zone urbaine. "C'est très écologique, c'est bien mieux qu'avec les camions de transport", s'est encore félicité le patron du géant de la vente en ligne.

appareils aux allures d'insectes géants

Des appareils autonomes grâce à un GPS

Jeff Bezos a également insisté sur l'absence de risque représenté par ces appareils aux allures d'insectes géants, qui se déplacent de façon autonome grâce à un GPS. Le prototype a ainsi des moteurs redondants, permettant d'assurer que l'appareil ne tombe pas si l'un d'eux tombe en panne.

"Ce qui est compliqué, c'est de mettre en place (...) tous les systèmes dont on a besoin pour pouvoir dire +Ecoutez, cet appareil n'atterrira pas sur la tête de quelqu'un qui se balade dans son quartier+", a déclaré M. Bezos sur CBS.

Plus optimiste que son patron lui-même, Amazon, rappelant que l'Agence américaine de l'aviation civile (FAA) travaillait depuis quelque temps déjà sur la mise en place de règlementations pour l'usage de drones civils, a évoqué une possible mise en oeuvre de ces "octocoptères" dès 2015.

Jeff Bezos a laissé entendre que ce projet devait permettre à Amazon de rester en pointe dans le secteur de la distribution. "Les sociétés ont des espérances de vie courtes... et Amazon disparaîtra un jour", a-t-il reconnu: "J'aimerais autant que ce soit après ma mort".

Le fondateur de Microsoft Bill Gates a estimé pour sa part sur CNN que le projet du patron d'Amazon n'était pas réaliste, mais que les drones pourraient être utiles à l'aide caritative.

M. Bezos "est probablement du côté optimiste, voire super-optimiste, de la chose", a déclaré M. Gates.

"C'est super que des gens aient des rêves comme ceux-là, si ça peut réduire le coût des livraisons, mais pas seulement pour les livres, pour livrer des marchandises dans des lieux difficiles d'accès. Les drones en général auront plus d'impact que les gens ne le pensent pour aider de manière positive la société", a-t-il ajouté.

Les drones ne sont actuellement autorisés à voler dans le ciel américain qu'à des fins de services publics ou de loisirs, et leur nombre se limite à environ 300 appareils, d'après les permis délivrés, a recensé l'association de leurs fabricants, l'AUVSI (Association for Unmanned Vehicule Systems International).


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK