À Bruxelles, une exposition immersive au cœur des toiles de Van Gogh

Qui n'a jamais rêvé de plonger au cœur de 'La Nuit étoilée', de s'asseoir sur le lit jaune de la 'Chambre à Arles', ou même de humer le parfum des 'Tournesols' ? Avec la nouvelle exposition 'Van Gogh: the immersive experience', au Palais de la Bourse à Bruxelles, le rêve deviendrait presque réalité. L'exposition, qui s'ouvre ce mercredi, est un véritable parcours sensoriel, où les œuvres de Vincent van Gogh sont projetées sur les murs et animées grâce à la technique du 'mapping', c'est-à-dire en projetant de la lumière et des vidéos sur des décors en relief, afin de recréer une imagerie presque vivante et sonore.

Entre les tapis et les poufs, Mario Iacampo - le directeur de l'exposition -  nous donne sa propre définition de l'expérience immersive. "C'est comme une expérience zen. Tu viens, tu peux t'asseoir, tu peux rester debout, tu peux regarder une fois, deux fois, trois fois le spectacle. Il n'y a pas de début ni de fin". Mario Iacampo parle de "spectacle". Il s'agit en effet d'un spectacle "autour" d'œuvres d'art. "On ne veut pas concurrencer les musées. Ce n'est pas du tout notre but. Déjà, on n'expose pas de vrais tableaux".

C'est d'ailleurs une entreprise spécialisée dans l'événementiel qui orchestre l'exposition.

On ne dénature pas les œuvres de l'artiste

Quand nous lui demandons comment ils peuvent nous assurer ne pas avoir perverti l'œuvre ou le peintre, Orphée Cataldo, de Dirty Monitor, insiste sur la rigueur dont sa société a fait preuve. "Nous travaillons avec un historien de l'art, Arnaud Meulemeester, qui a notamment travaillé à l'Ermitage, pour éviter qu'on parte dans des délires qui ne correspondent pas à la vie et l'œuvre de Van Gogh". Arnaud Meulemeester nous confirme avoir fait des recherches, notamment bibliographiques, pour ne pas dénaturer les œuvres et avoir visé une certaine précision historique.

Le public sera amené à débourser deux euros de plus s'il souhaite s'immerger davantage encore dans l'œuvre de Van Gogh. Les lettres de Van Gogh à son frère Théo dans les oreilles, le visiteur aura alors accès à un masque de réalité virtuelle qui lui permettra de se promener à 360 degrés dans les champs qui pourraient avoir inspiré Van Gogh. Ces champs ont été reconstitués au départ de ses tableaux.

"Prenez par exemple "Nuit étoilée sur le Rhône", enchaîne Mario Iacampo, Van Gogh représente dans ce tableau trois à quatre cents mètres de scène, qu'il condense dans un tableau. Ce que nous faisons, c'est récréer cet environnement comme si vous étiez devant le Rhône qui l'a inspiré. Voilà notre but".

"La technique du mapping nous impose de récréer tout l’espace en 3D, et pour pouvoir jouer avec, et illustrer comme on le voudrait", explique Orphée Castaldo, directeur de création 'Dirty Monitor'. Il précise qu'une vingtaine de personnes ont travaillé sur cette mise en place, où l'on peut retrouve plus de cent cinquante tableaux du peintre impressionniste.

Illustrer un peu toute la vie de Van Gogh au travers de son œuvre

Au-delà de l'immersion, l'exposition vise également à découvrir la vie de l'artiste, et comment il en est venu, en une dizaine d'années à peine, à libérer la palette chromatique de l'époque. "Nous avons voulu illustrer un peu toute sa vie au travers de son œuvre, raconte Orphée Castaldo, en utilisant ses croquis, ses écrits, mais aussi ses grandes œuvres sur lesquelles nous avons fait des immersions, et aussi la partie plus sombre de sa vie." Van Gogh, mort à 37 ans, aura vécu la maladie, physique et mentale, ainsi que l'alcool et la drogue.

L'exposition 'Van Gogh: the immersive experience' dure jusqu'au 6 janvier. Auparavant, elle avait déjà fait étape à Naples en Italie au printemps dernier, et elle sera installée à Tournai à partir de fin novembre 2018. En France, le château d'Auvers-sur-Oise, près de Paris, accueille une expérience similaire, intitulée 'Vision impressionniste', et consacrée au parcours des peintres de ce courant : Pissaro, Corot, Monet et bien évidemment, Van Gogh.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK