A bientôt 60 ans, les Schtroumpfs sont partout. Tout bénéfice pour IMPS

La sortie du dernier film des Schtroumpfs booste l’utilisation du personnage de Peyo dans les campagnes publicitaires. Et c’est tout bénéfice pour la société IMPS, la société qui gère les droits des Schtroumpfs. Elle a été créée par la fille de Peyo, Véronique Culliford, il y a un peu plus de 30 ans et cette société est devenue une véritable machine de guerre puisque le nom des Schtroumpfs est un des plus connus dans le monde. Il est traduit dans 54 langues, les bandes dessinées sont vendues dans 70 pays et les mascottes sont vendues dans le monde entier.

Faut-il dès lors vraiment des films pour booster ce commerce?

Eh bien oui, parce qu’un film c’est un événement public et que les annonceurs en profitent pour se greffer sur l’affaire.

"Quand c’est un blockbuster comme celui des Schtroumpfs, il sort dans plus de 110 pays, on le sort par exemple en Chine donc là c’est vraiment un gros boom, mais il y a énormément de promotion qui est faite depuis plus de six mois en aval de la sortie du film, donc forcément il y a énormément de demandes de nouvelles licences pour s’associer à ce beau personnage qu’est le Schtroumpf", explique le directeur marketing d’IMPS, Philippe Glorieux.

Des nouvelles licences, comme par exemple "McDonald, qui sort une campagne internationale; des marques de yaourts, des gammes comme Lidl, qui font des campagnes de fidélité dans plusieurs territoires dans le monde, etc".

Et ces campagnes publicitaires, que rapportent-elles à la société belge?

Entre une année avec film et une année sans film, IMPS passe de 10 millions à 18 millions d’euros de revenus, donc presque du simple au double. IMPS enregistre pour le moment jusqu’à 200 demandes de licences par jour pour des campagnes de toutes sortes et la société n’emploie que 38 personnes à Genval.

Alors, pour s'en sortir, elle a dû faire appel à une société spécialisée dans le traitement informatique des données. C’est l’entreprise Megabyte qui a été choisie.
"Cela fait 8 ans qu’on travaille avec Megabyte et c’est évident qu’on a besoin de partenaires solides parce qu’on ne peut pas se permettre d’avoir quelque coupure que ce soit ou quelque perte d’information pour pouvoir gérer justement ces 200 demandes d’approbation journalières et près de 700 licenciés avec lesquels on travaille aujourd’hui. Donc oui, c’est super important d’être tout à fait à la pointe et d’avoir des partenaires fiables", précise Philippe Glorieux.

La société Megabyte a développé un logiciel sur mesure pour gérer les droits d’IMPS et ses royautés dans une multitude de pays, avec des monnaies différentes et des contrats particuliers. C’est ce qui permet aujourd’hui à IMPS de continuer sa croissance.

Et on n’a pas fini de voir les Schtroumpfs dans le monde, surtout que l’an prochain, ils fêteront leurs 60 ans.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK