2016 sera l'année de la réalité virtuelle. Promis, juré?

Fin décembre s’est déroulé à Bruxelles le VR meetup Belge, le Rendez-vous des spécialistes de la réalité virtuelle  de notre pays.
3 images
Fin décembre s’est déroulé à Bruxelles le VR meetup Belge, le Rendez-vous des spécialistes de la réalité virtuelle de notre pays. - © Tous droits réservés

On parle depuis des années de cette "autre" réalité qui tarde à s’imposer. Mais la différence, cette fois, est que le marché est prêt. Les grands constructeurs ont investi, le hardware (les accessoires) va arriver en magasin et les développeurs proposent des applications. Le CES de Las Vegas devrait en apporter la preuve.

La réalité virtuelle consiste, grâce à des lunettes spéciales, à entrer dans un monde totalement créé ou recrée de manière numérique.

Selon le bureau d’études Trendforce, ce marché sera de 6,7 milliards de dollars en 2016, et de 70 milliards de dollars en 2020. Mais le plus important est que la plupart des casques de réalité virtuelle (ceux qui permettront d’entrer dans ces univers recréés) sortiront précisément en avril prochain. On parle de 30 applications pour chacun des 3 principaux constructeurs. La réalité virtuelle sera sans doute l’une des vedettes du salon CES de Las Vegas qui débute ce mercredi 6 janvier.

Les casques qui vont nous donner la grosse tête

On connaît pratiquement tous les casques qui vont arriver dans les rayons au cours des prochaines semaines. A commencer par l’Oculus Rift (acquis par Facebook), le Playstation VR et le HTC Vive. L'originalité du Vive est de permettre de se déplacer dans un espace physique (réel) de 9 mètres carrés. Microsoft se lance, lui aussi, mais dans le créneau de la réalité augmentée qui est un peu différent.

Ces casques sont de simples lunettes avec écran, accéléromètres et boussole pour identifier les mouvements de la tête et du corps. Et ainsi permettre de regarder à gauche, à droite en bas ou en haut, ce qu’il se passe dans un monde numérique. Par exemple un jeu. Et se mouvoir au cœur de Jurassic World si on le désire. L’un des premiers jeux en VR sera Minecraft. Car le premier créneau sera celui des jeux qui bénéficieront du plus large panel d’applications dès le printemps prochain.

Selon les spécialistes rencontrés, Sony pourrait être le premier à s’imposer parce qu’il dispose déjà de la plate-forme complète : une console de salon, des jeux, des contenus cinématographiques et un réseau. Netflix est, lui aussi, fortement impliqué dans la VR.

Toybox pour jouer virtuellement

Un bel exemple de réalité virtuelle est ToyBox, une expérience que l’on vit dans une pièce où l’on peut " voir" une personne à travers le fameux masque. Ou du moins ses mains et son visage, tout comme l’autre personne peut observer nos propres mouvements. Tous deux peuvent ainsi jouer ensemble à un jeu de construction, tout en étant dans des pièces et des pays différents. Mais la VR peut aussi s’appliquer au télétravail, à la communication (dans une salle de réunion virtuelle), à la formation ou la chirurgie. Ou encore nous faire visiter des villes comme New-York ou Spa (cela existe) de manière virtuelle à 360° sans quitter le bureau d’une agence de voyage. Il ne s’agit jamais de la simulation d’un univers existant, mais d’une autre réalité. En termes pédants, on dirait que la VR permet de transcender l’espace et le temps.

Une opportunité pour la Belgique

La VR (l’acronyme anglais de réalité virtuelle) n’est pas qu’une question de hardware, (de lunettes spéciales), mais aussi -surtout- d’applications. Fin décembre s’est déroulé à Bruxelles le VR meetup Belge, le Rendez-vous des spécialistes de la réalité virtuelle de notre pays. Ces VR meetup existent dans le monde entier, mais la version belge est la 5ème plus importante en Europe, après Londres, Cologne, Amsterdam et Stockholm.

Un VR hackaton aura lieu à Bruxelles du 15 au 17 janvier, une sorte de grand-messe des développeurs d’applications VR qui viendront confronter leurs applications et apprendre les uns des autres.

Ce marché est même ouvert aux PME, car un avantage de la réalité virtuelle est que les outils sont gratuits. Les développeurs ne paient les licences que lorsqu’ils en font des produits commercialisés.

Donc, oui, la Belgique est bien présente pour relever le défi et remporter une partie du marché de la réalité virtuelle.

Ce qu’il reste à faire ?

Lorsqu’une nouvelle technologie survient, l’obstacle est toujours le même: trouver des standards industriels (pour le matériel comme pour le logiciel). Aujourd’hui chaque constructeur a son propre standard et c’est le combat des chefs au sein de l’alliance l’OS VR , pour qui fera émerger un standard commun. On parle aussi de Razer OSVR, une plate-forme pour fédérer l’univers des jeux en réalité virtuelle

Quel investissement pour l’utilisateur?

La VR est encore un sport de riche. Un casque coûte une centaine d’euros. Ilen existe même en carton, pour quelques dollars à peine. C’est le cas du Google Cardboard, mais il ne sert qu’à donner un avant-goût de la VR.

Ensuite, il faudra disposer d’un PC certifié pour la RV. AMD et Dell promettent un futur ordinateur compatible pour moins de 1000 euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK