"Yes we clown": l’humoriste Rémi Gaillard est candidat aux élections municipales de Montpellier

"Votez pour un vrai clown, votez n’importe qui", tel est le slogan de Rémi Gaillard. Désormais candidat aux élections municipales de Montpellier en France, le vidéaste de 45 ans a passé un autre cap dans l’activisme. Ses vidéos sont réputées pour leur engagement envers la cause animale mais aussi pour des scènes loufoques et osées.

Il cumule des centaines de millions de vues sur Youtube, est fervent défenseur des animaux et n’a pas sa langue dans sa poche. Rémi Gaillard a donc déposé officiellement une liste électorale en vue des élections municipales de sa ville. Le canular semble donc prendre une tournure officielle et sérieuse si l’on regarde de plus près le programme.

 

Ce candidat insolite opte pour une campagne quasi en totalité sur les réseaux sociaux où il compte une très large communauté. Rémi Gaillard a également recruté un avocat pénaliste au barreau de Montpellier : Me Jean-Robert Phung, grand défenseur du bien-être animal. Émilien Rubineau, fondateur de Report Sans Frontières figure également sur la liste

L’objectif est de faire "une ville plus éthique" avec une liste de 80 propositions DTC, acronyme de "dans ton clown" ou "dans ton citoyen".

L’humoriste français souhaite : "Créer un programme avec une liste apolitique, prendre la 7e ville de France, 'leur foutre au cul' ". Ses 80 premières propositions s’axent autour de plusieurs grands thèmes comme l’écologie, une urbanisation verte, un développement des activités sportives et culturelles ou encore le vivre ensemble. Ce roi du canular apporte donc des ébauches et propositions de réponses sur de nombreux sujets, toujours citoyens, culturels et écologiques.

Bannir la langue de bois

Outre le slogan très explicite, le candidat sans étiquettes n’hésite pas à exprimer ses pensées en toute franchise sur les réseaux sociaux et particulièrement Twitter et Facebook. Rémi Gaillard a d’ailleurs été pris à partie par le préfet de l’Herault dans un message téléphonique : " Monsieur Gaillard bonsoir, Jacques Witkowski, le préfet de l’Hérault. Vous venez de déposer une liste électorale à la préfecture, je vous en remercie. Par ailleurs, vous avez tenu des propos peu amènes envers la fonction de préfet et la République […] Je veux vous indiquer que je souhaiterais m’entretenir avec vous téléphoniquement. Donc, si vous avez la gentillesse de me rappeler la semaine prochaine. Je souhaiterais avoir quelques explications de votre part avant un dépôt de plaint".

Ceci fait suite à la réaction énervée du candidat apolitique "clown", qui visiblement pas aimé la procédure de dépôt qui l’obligeait à apparenter sa liste sur une tendance politique : gauche, droite, animaliste, etc.

Sur Twitter et Facebook, il interpelle le président français et explique ses refus de participer à des débats sur certains médias. Il l’explicite au micro de BFMTV : "Hier j’ai refusé une interview chez vous et je n’aurai pas dû. Je viens donc vous confirmer que je vais continuer à m'exprimer (comme depuis toujours) sur mes réseaux sociaux et dans la rue avec les gens".

Contre le formatage médiatique d’une campagne électorale ou contre certains médias en particulier ? Rémi Gaillard sort du rang dans sa manière de communiquer, il "reste attaché à ses valeurs" et évoque sans langue de bois ses différences d’opinions avec des journalistes ou le rédacteur en chef de Midi Libre.

Un candidat hors-système ?

Un humoriste qui se lance en politique ? L’histoire n’est pas neuve : Coluche et sa candidature à la présidentielle française de 1981, ou encore Beppe Grillo l’humoriste italien qui a fondé le Mouvement 5 étoiles. Rémi Gaillard atteint 8% d’intentions de vote dans le dernier sondage Opinion Way réalisé, ce qui ne le place pas en tête de la course à la mairie. Cependant, il récolte plus de votes potentiels que d’autres candidats dont la liste La République En Marche (LREM).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK