Vatican : un ado mort à 15 ans bientôt canonisé "saint patron des internautes" ?

Désormais, vous saurez qui prier en cas de mauvaise connexion. Le Vatican a dans l’idée de canoniser la figure de Carlo Acutis, un jeune Italien mort d’une leucémie à 15 ans en 2006, pour en faire le saint patron des internautes. Selon le Los Angeles Times, le pape François est "sur le coup". Le jeune homme sera d’ores et déjà béatifié le 10 octobre prochain, après que la cérémonie a été décalée à cause de la pandémie de covid-19.

Carlo Acutis était un fervent catholique, mais surtout le créateur, à seulement 10 ans, d’un site internet qui répertoriait les miracles eucharistiques, c’est-à-dire les miracles qui ont lieu pendant la communion, comme la transformation de vin en sang. Il avait également aidé des prêtres à créer leur propre site. Pas étonnant donc que l’Eglise ait vu en lui un "cyber-apôtre", qui a eu le droit au statut de "vénérable" en 2018.


►►► À lire aussi : La place des femmes dans l’Eglise ? Peut-être une Révolution pour les catholiques


En 2010, Carlo Acutis aurait intercédé, selon des sources locales, dans la guérison miraculeuse d’un enfant au Brésil. Dix ans plus tard, en février dernier, le pape François signait ainsi le processus de béatification. "Ce qui m’étonne, c’est la sainteté ordinaire, avait-il dit dans un discours rapporté par le magazine Magnificat. Oui, parfois il suffit de frapper à "la porte d’à côté" pour tomber sur un saint."

"Il serait un exemple idéal pour toute la jeunesse", estime le cardinal Angelo Becciu, responsable de la Congrégation pour la Cause des Saints. L’an dernier, le pape citait Carlo Acutis sur l’importance pour les jeunes de garder une certaine individualité sur Internet : "tout le monde naît en étant un original, mais beaucoup meurent en étant des photocopies."

De quoi sérieusement faire du "geek de Jésus" une figure sainte pour tous les internautes. Pour cela, il faudra qu’un deuxième miracle soit reconnu, rappelle le site catholique Aleteia. D’autant que, comme le rappelle le LA Times, l’Eglise compte déjà un patron du numérique, Isidore de Séville, un ecclésiastique du VIIe siècle auteur d’une encyclopédie qui n’est pas sans rappeler nos moteurs de recherche actuels…