USA: un livre d'humour (noir) invite à "tuer tous les Belges"

Le livre "Let's kille the Belgians", de l'américain Danny Wind, suscite la polémique
Le livre "Let's kille the Belgians", de l'américain Danny Wind, suscite la polémique - © Capture d'écran / D.R.

Depuis la fin mai, un ouvrage au nom plus qu'évocateur, "Let's kill all the Belgians" ("Tuons tous les Belges") est offert à la vente sur un site de commerce en ligne. Selon l'auteur, il est destiné aux enfants. Appel au meurtre ou humour (très) particulier ?

Sous-titré "Un guide du génocide destiné aux enfants", l'ouvrage de 20 pages dû à la plume d'un certain Danny Wind apparaît de prime abord comme un hallucinant appel au meurtre. L'argument ? Les Belges n'ont jamais rien inventé et rien apporté à la civilisation, à part quelques bières et des gaufres molles.

Mais derrière cette apparente banalité, nous serions en train de mettre en oeuvre un plan démoniaque ("jamais imaginé depuis Alexandre le Grand ou Gengis Khan") pour envahir les États-Unis.

L'auteur propose dès lors aux enfants américains de se protéger contre les envahisseurs potentiels : "Ce guide essentiel expliquera eux enfants américains la menace belge grandissante, et leur apprendra comment contrer l'invasion imminente. Achetez-le maintenant parce que demain il sera trop tard!"

Une farce, vraiment ?

A y regarder de plus près, l'ouvrage est en réalité une énorme farce. Il est d'ailleurs présenté comme une satire et sous le label "faux livre pour enfant" sur le site de vente en ligne.

A l'intérieur, on trouve ces dialogues pour le moins décalés:

"Voici un Belge. Il voudrait bien manger votre cerveau (...) Si les Belges en ont la possibilité, ils prendront l'Amérique et tueront vos papa et maman. Ils vous obligeront à apprendre le belge à l'école et à manger des gaufres trois fois par jour. Vous pensez peut-être que ce sera chouette, mais croyez-moi, vous en serez très vite malades".

Suivent différents moyens de tuer des Belges et des explications sur la manière de convaincre les élus au Congrès de prendre la menace au sérieux (et accessoirement de balancer quelques bombes nucléaires sur la tête des Belges) : "Vous pouvez changer leur esprit. Ecrivez à votre député et demandez-lui de ne pas laisser les Belges manger votre chiot", suggère l'auteur.

Et puis quand on en aura fini avec les Belges, on pourra passer aux Suédois, glisse Danny Wind, qui prévient : "Ne me lancez pas sur les Suédois!"

Etonnant : le post du blog sur lequel figurent ces dialogues date du 5 juin 2007. L'ouvrage ne serait donc pas très récent...

On trouve enfin, sur la page de l'auteur, sur le site Insightoutpost, d'autres textes du même acabit, parfois savoureux, qui ne laissent que peu de doutes sur le caractère satirique et humoristique de la démarche.

Quand l'humour tombe à plat

Dans le contexte politique américain, ce guide au goût douteux semble surtout destiné à se moquer des simplismes et des visions manichéennes d'une partie de l'opinion américaine, prompte à considérer des nations étrangères aux modes de vie différents comme des menaces potentielles. Certains milieux extrémistes -on se rappelle de ce pasteur évangélique qui a ostensiblement brûlé le Coran en dépit du scandale suscité par son initiative- ont recours à un langage martial et musclé face à ce qu'ils considèrent comme des menaces; et n'hésitent pas à embrigader les plus jeunes.
 
On pourrait donc apercevoir dans l'ouvrage de Danny Wind une manière de montrer par l'absurde à quelles dérives peuvent mener ces discours haineux.

Paradoxalement, tant la satire limite que les discours extrémistes sont protégés aux États-Unis par le 1er amendement à la Constitution, au titre de la liberté d'expression. Mais on peut aussi très légitimement se sentir heurté par ce genre d'humour, peu prisé chez nous et dont l'ambiguïté peut conduire, disons, à des malentendus. Qu'il s'agisse des Belges, des Luxembourgeois ou des Suédois, personne n'apprécie vraiment d'être pris pour tête de pipe. Humour ou pas.

T.N.


Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK