Une commune flamande veut donner la pilule aux sangliers

Un troupeau de sangliers se gambade dans la nature
Un troupeau de sangliers se gambade dans la nature - © Tous droits réservés

La croissance de la population de sangliers dans la province du Limbourg inquiète le bourgmestre de la commune de Beringen, Maurice Webers (sp.a).

Pour lutter contre ce phénomène, il compte donner des produits contraceptifs à ces animaux, car il s’agit d’une solution "élégante et respectueuse des animaux".

"J’ai déjà proposé plusieurs fois aux instances compétences de prévoir des lieux de nourrissage et y donner des produits contraceptifs, mais je n’ai pas encore reçu de réponse", a-t-il indiqué à la VRT. "Pour l’instant, il y a vraiment beaucoup de sangliers qui viennent près des habitations. C’est la raison pour laquelle j’aimerais prendre des mesures pour limiter le nombre de sangliers."

Injection ou pilule ?

En Australie et en Grande-Bretagne, on mène des études sur la contraception des sangliers. Thomas Scheppers de l’Institut flamand des études sur la nature et la forêt (INBO) suit l’avancée de ces recherches : "Si on mélange la pilule avec de la nourriture, on ne sait pas si les sangliers vont ingurgiter la bonne dose. Et nous voulons éviter ça."

Il préfère les vaccins, une piste suivie par des chercheurs britanniques : "Cette méthode est plus respectueuse des animaux que de les faire abattre par des chasseurs. Nous attendons avec impatience les résultats de l’étude britannique."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK