Un maire UMP dérape: "Il faut interdire le culte musulman en France"

Un maire UMP dérape : "Il faut interdire le culte musulman en France"
2 images
Un maire UMP dérape : "Il faut interdire le culte musulman en France" - © Tous droits réservés

Épinglés par Les Inrocks, les quatre tweets succincts du maire UMP de la ville de Venelles (Bouches-du-Rhône) ne sont pas restés sans réaction. L’homme a profité de l’opération de communication de Nicolas Sarkozy pour faire passer un message radical à l’encontre du culte musulman. D’abord suspecté d’avoir été victime d’un piratage de compte, Robert Chardon a confirmé ses propos dans une interview octroyée au journal Le Monde.

"C'est la seule solution pour résoudre les problèmes que connaît la France", assure-t-il au journal Le Monde. Et j'attends la réponse de Nicolas Sarkozy à cette proposition."

Absent de la scène politique depuis quelques mois pour maladie, l’irruption soudaine et radicale du maire a de quoi surprendre.

Toujours selon Le Monde, d’autres élus UMP du Pays d’Aix reconnaissent "une radicalisation" de Robert Chardon ces derniers temps. L’intéressé maintient d’ailleurs ses propos : "Pendant mon traitement, j'ai beaucoup réfléchi et j'en suis arrivé à cette conclusion. Il faut interdire l’islam en France, mais aussi déclencher un plan Marshall pour permettre à ceux qui veulent pratiquer la religion musulmane de le faire dans leurs pays d’origine", déclare-t-il au journal français.

Refusant d’en dire davantage, Robert Chardon dit ne pas vouloir détailler "les problèmes" qui, selon lui, touchent la France.

L'UMP réagit

Dans le clan UMP, les réactions ne se sont pas fait attendre, notamment dans le chef de Nicolas Sarkozy qui a répondu à l'appel de Robert Chardon : "Je condamne cette proposition", a-t-il déclaré sur Twitter. Avant d'ajouter : "Même si la laïcité, c'est aussi fixer des limites. Droits et limites, cela va ensemble".

Christian Estrosi, l'actuel maire de Nice, a annoncé prendre des mesures vis-à-vis de Robert Chardon. "Les propos du maire de Venelles sont intolérables et incohérents, il a été immédiatement suspendu, une procédure d'exclusion est en cours", a-t-il écrit sur Twitter. 

De son côté, Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente de l'UMP, a emboîté le pas à Christian Estrosi : "J'ai demandé qu'une procédure d'exclusion soit engagée pour des propos absurdes qui ne correspondent en aucune manière aux valeurs et au projet de l'UMP", a-t-elle confirmée. 

@NoSpies avec Les Inrocks et Le Monde

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK