Kenya: un chirurgien suspendu après avoir entamé une opération du cerveau sur le mauvais patient

Kenya: un chirurgien suspendu après avoir entamé une opération du cerveau sur le mauvais patient
Kenya: un chirurgien suspendu après avoir entamé une opération du cerveau sur le mauvais patient - © David Paul Morris - Bloomberg

Un neurochirurgien du plus grand hôpital du Kenya a été suspendu après avoir opéré du cerveau un patient qui n'était pas le bon, a annoncé vendredi l'établissement.

Ce scandale, qui a suscité des réactions horrifiées sur les réseaux sociaux, est le dernier touchant le Kenyatta National Hospital au cours des dernières semaines, après des allégations d'agressions sexuelles commises par des membres du personnel soignant à l'encontre de patients, et le vol d'un bébé.

Le chirurgien, deux infirmières et un anesthésiste ont été suspendus en attendant une enquête sur cette intervention chirurgicale pratiquée sur "le mauvais patient", a indiqué l'hôpital.

Découvert au cours de l'opération

La ministre de la Santé, Sicily Kariuki, a également suspendu de ses fonctions le directeur de l'hôpital.

Selon le journal Daily Nation, deux hommes ont été transportés dimanche à l'hôpital. L'un des patients avait besoin d'une opération du cerveau pour retirer un caillot de sang tandis que le deuxième ne devait recevoir qu'un traitement médicamenteux pour une raison bénigne.

Au cours de l'intervention chirurgicale, les médecins ont découvert qu'il n'y avait pas de caillot de sang dans le cerveau du patient qu'ils étaient en train d'opérer, et que ce malade n'était pas le bon, a rapporté le journal.

L'hôpital a exprimé "ses profonds regrets" à la suite de cette bévue et assuré tout mettre en œuvre pour assurer "la sécurité et le bien-être du patient en question". Selon l'établissement, ce dernier "se remet et récupère bien".

Le Kenyatta National Hospital, qui est aussi un centre hospitalier universitaire, est le plus ancien et le plus important hôpital du Kenya.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK