Tel est pris qui croyait prendre: un rat terrorise un chat au Luxembourg

Tel est pris qui croyait prendre: un rat terrorise un chat au Luxembourg
Tel est pris qui croyait prendre: un rat terrorise un chat au Luxembourg - © Tous droits réservés

Au jeu du chat et de la souris, on a du mal à imaginer que la souris l'emporte. Et pourtant. C'est l'étrange scène à laquelle ont assisté les habitants de Esch-sur-Alzette, une ville du Luxembourg. Filmée par un passant, on y voit un rat poursuivre avec hostilité un chat. L'expression "tel est pris qui croyait prendre" n'a jamais autant revêtu son sens.

C'est une situation tout à fait typique. Les pattes en suspension, un chat traverse furtivement la route vers sa proie, postée sur le trottoir d'en face. Proche de l'objectif, il bondit sur l'animal, ici un rat. Pourtant cette chasse ne se passe pas comme prévu. Le rongeur, téméraire, réplique et s'en prend à son tour au félin. Le chasseur devient la proie et la situation se retourne, engendrant une course poursuite cocasse, le rat derrière le chat.

Un parasite rend les souris plus téméraires

Si aucune information, ne permet de comprendre le comportement de ce rat sauvage, ce genre de situation n'est pas totalement inédite. En 2013 déjà, un parasite provoquant le même effet a été mis au jour et diffusé par le National Geographic. Il changeait le comportement des souris, qui se ruaient sur les chats, sans la conscience du danger qui est inscrite dans leurs gènes. 

Ce parasite est en réalité un agent de la  toxoplasmose (maladie redoutée par les femmes lorsqu'elles sont enceintes). Biologiquement, les rongeurs sont conditionnés à craindre l'odeur de l'urine des chats. Concrètement, si ce facteur olfactif parvient à leurs narines, ils fuient. Or, après avoir intégré le parasite en question, les souris perdaient cet instinct de fuite et, au contraire, étaient attirées par l'odeur de l'urine des félins.

Le chercheur responsable de cette expérience avait donc assisté à des scènes surréalistes où de véritables souris guerrières s'en prenaient aux chats avant de finir généralement dans leur gosier. En tout cas, on se délecte ici de la scène où les deux animaux ne répondent pas à leurs caractéristiques habituelles. Le chat a peur du rat et le rat ne craint pas le chat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK