Parti aux toilettes lors du discours du président, il est licencié

une oeuvre artistique chinoise représentant une chute d'eau avec des toilettes
2 images
une oeuvre artistique chinoise représentant une chute d'eau avec des toilettes - © CUI JINGYIN - BELGAIMAGE

La justice française se penche sur un cas peu banal, celui d'un employé de Toyota licencié en 2012 après s'être rendu aux toilettes. C'était lors de la présentation des vœux du président du groupe. L'entreprise a assimilé cela avec "un abandon de poste", mais l'employé réclame 30 000 € de dommages et intérêts, son avocat estime qu'on a voulu se débarrasser d'un "syndicaliste remuant".

Le Tribunal des Prud'hommes de Valenciennes examine cette semaine la plainte de l'employé, licencié après être parti aux toilettes, avant de rendre son verdict le 25 septembre prochain.

C'était au cours du discours du président de Toyota France que le syndicaliste a enlevé ses équipements de protection pour s'absenter. Toyota a estimé qu'il s'agissait d'un abandon de poste et l'a licencié en octobre 2012. L'ouvrier s'était fait remarquer huit fois au cours des dernières années et son avocat estime, dans une interview à France Info, que "Toyota a considéré mon client comme quelqu'un de nuisible parce qu'il voulait défendre des sommes qui étaient dues aux salariés. Tout est parti de là".

RTBF avec France Info

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK