Un pilote d'avion, coincé aux toilettes, crée la panique à New York

Un pilote d'avion bloqué dans les toilettes crée la panique
2 images
Un pilote d'avion bloqué dans les toilettes crée la panique - © RTBF

La mésaventure du pilote d'un vol intérieur américain, coincé dans les toilettes de son propre appareil, a tourné à la panique après qu'un passager "au fort accent étranger" a voulu avertir le copilote de l'incident.

Le quiproquo commence peu avant l'atterrissage à l'aéroport new-yorkais de LaGuardia d'un vol de la compagnie régionale Chatauqua Airlines, en provenance de Caroline du Nord (Sud-Est).

Le pilote de l'appareil décide de se rendre aux toilettes mais la porte se coince. Il tambourine à la porte du réduit pour attirer l'attention. Un passager l'entend et tente de prévenir le copilote puisque l’unique hôtesse de l’air à bord est rentré dans le cockpit, les règles de sécurité américaines exigeant qu’il y ait en permanence deux membres d’équipage dans le cockpit.  

Un fort accent étranger

Rendu nerveux par l'absence prolongée du pilote, le copilote refuse de croire le passager, qui lui explique la situation à travers la porte du cockpit et auquel il lui trouve "un fort accent étranger". Dans la conversation avec la tour de contrôle (dont l'intégralité peut-être écoutée, ci-contre), le copilote déclare : "Le capitaine a disparu quelque part à l'arrière et il y a a quelqu'un avec un fort accent étranger qui essaie maintenant d'accéder au cockpit".  

Les passagers essaient d'expliquer la situation, mais le co-pilote persiste craignant une attaque terroriste : "On me dit qu'il est coincé dans les toilettes et quelqu'un avec un accent étranger est en train de me donner un mot de passe pour accéder au cockpit, mais je ne vais pas le laisser entrer", dit-il au contrôleur aérien. Celui-ci lui répond qu'il doit déclarer l'état d'urgence et atterrir. 

Au sol, c'est le branle bas de combat, le FBI est alerté et deux F16 s’apprêtent à décoller. 

Entre-temps, le pilote parvient à forcer la porte des toilettes et regagne son poste. "Situation résolue", déclare alors le copilote à la tour de contrôle. "Tout le monde va bien et on est prêt pour l'atterrissage", rassure-t-il. 

L'avion a finalement atterri normalement à 18H30 mercredi.


C. Biourge et Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK