Ohio: des Amish règlent leurs différends à coups de ciseaux

Chez les Amish, les hommes portent la barbe.
Chez les Amish, les hommes portent la barbe. - © EPA/MATTHEW CAVANAUGH

Plusieurs "anciens" Amish, expulsés de leur communauté pour divergence d’opinion, sèment la panique dans l’Ohio. Pour se venger de leurs anciens coreligionnaires, ces individus attaquent par surprise, une paire de ciseaux à la main. Leur but : couper les barbes et les cheveux. Une véritable humiliation pour les Amish.

La communauté amish de l'Ohio, l'une des plus importantes des Etats-Unis, est sur le qui-vive. Depuis quelques semaines, plusieurs individus, désavoués pour n'avoir pas respecté les règles et traditions, s'en prennent à des membres de la communauté. Armés de paires de ciseaux, ils coupent la barbe des hommes et les cheveux des femmes qui ont le malheur de croiser leur chemin.

L'une des victimes, une dame de 57 ans, a accusé ses propres fils, embrigadés dans une "secte". Ces derniers s'en seraient pris à leur père, ne lui laissant que quelques poils sur le menton. La dame a ensuite retiré son chapeau pour montrer à la presse que ses fils l'avaient également agressée et lui avaient coupé plusieurs mèches de cheveux.

L'objectif des agresseurs est d'humilier et de rabaisser leurs anciens coreligionnaires amish. La raison est simple: chez les Amish, les hommes portent la barbe tandis que les femmes ne se coupent pas les cheveux. L'origine de cette tradition est à trouver dans les pages de la Bible.

Donald Kraybill, professeur au Collège d'Elizabethtown, précise dans les pages du San Fancisco Chronicle, que la violence est extrêmement rare dans le milieu amish.

Le shérif du comté de Jefferson, Fred Abdalla, a pourtant confirmé les faits et indiqué que plusieurs personnes avaient été blessées lors de ces agressions. Seul problème pour le shérif et ses hommes: l'enquête piétine car les Amish refusent de porter plainte contre leurs agresseurs afin de ne pas aller à l'encontre de leurs convictions.

PIAB

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK