Norvège: depuis le 22 juillet, Anders est un prénom peu donné

Anders Behring Breivik
Anders Behring Breivik - © EPA

Le prénom Anders est tombé en disgrâce en Norvège depuis le massacre perpétré le 22 juillet par l'extrémiste de droite Anders Behring Breivik, révèlent des statistiques publiées par le Bureau norvégien de statistique (SSB).

D'août à décembre, trois fois moins de bébés ont été baptisés "Anders" que sur la période courant de janvier à juillet, a indiqué SSB dans son étude annuelle des prénoms en vogue.

Au début de l'année 0,3% des nouveaux-nés de sexe masculin se voyaient donner ce prénom , mais cette proportion est tombée à 0,1% après juillet, vraisemblablement pour éviter toute assimilation avec l'homme le plus détesté de Norvège.

Le 22 juillet, déguisé en policier, Anders Behring Breivik avait fait feu pendant plus d'une heure sur un rassemblement de jeunes travaillistes sur l'île d'Utoeya, près d'Oslo, après avoir fait exploser une bombe près du siège du gouvernement norvégien.

Les deux attaques avaient fait au total 77 morts, essentiellement des jeunes, ce qui en fait le pire massacre commis en Norvège depuis la Seconde Guerre mondiale.

Se disant hostile au multiculturalisme et à "l'invasion musulmane" en Europe, Anders Behring Breivik, 32 ans, doit être traduit devant la justice norvégienne à partir du 16 avril.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK