Mystérieuse disparition d'un pénis en bois en Allemagne : la police ouvre une enquête

Mystérieuse disparition d'un pénis en bois en Allemagne : la police ouvre une enquête
Mystérieuse disparition d'un pénis en bois en Allemagne : la police ouvre une enquête - © capture d'écran - Youtube

La police allemande enquête sur la mystérieuse disparition d'une imposante sculpture en bois d'un pénis trônant depuis des années sur un sommet des Alpes bavaroises et devenue une attraction locale pour les randonneurs.

Décidément, cette fin d'année 2020 est riche en apparition et disparition de monuments cocasses. Alors que le désert de l'Utah est au cœur de l'actualité avec son monolithe géant qui a attiré de nombreux curieux avant de disparaître, c'est pour un monument  de forme plus ... suggestive que l'Allemagne est au centre des curiosités ce 1er décembre.

Le "pénis du Grünten" aurait disparu le week-end dernier. "Nous avons ouvert une enquête", a déclaré le porte-parole de la police de Kempten, en Bavière, Holger Stabik. "Nous ne savons pas s'il s'agit ou non d'une infraction pénale."

De cette sculpture de près de deux mètres de haut représentant un phallus géant en érection, située en haut du Grünten, à 1738 mètres d'altitude dans la région de l'Allgäu, ne restent plus que la souche et des copeaux de bois.

Une sculpture mystérieuse

Mais si le doute persiste quant à la nature de cette disparition, c'est parce que l'auteur de la sculpture reste jusqu'ici inconnu tout comme la raison de la présence de ce sexe masculin sur le sommet. "Même si ce n'est pas notre piste privilégiée, il se pourrait que ce soit son propriétaire qui l'ait sciée pour la récupérer", avance le porte-parole de la police locale.

Il y a quelques semaines déjà, la sculpture avait fait les gros titres de la presse locale après avoir basculé sur le sol avant d'être replacée sur son socle. Le maire de Rettenberg, la commune dont dépend le sommet, a jugé "très dommage" que cet insolite monument qui permettait à la région de faire parler d'elle ait disparu.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK