"Monument à l'imbécilité", "connerie américaine"... quand un président italien profite de la pandémie pour interdire Halloween

Comme partout en Europe, les chiffres des contaminations au Covid-19 remontent en flèche, et les autorités décident de nouvelles mesures pour endiguer l'épidémie. Dans un discours de deux heures diffusé en direct sur Facebook, le démocrate Vincenzo De Luca en profite pour dire tout le mal qu'il pense de la fête d'Halloween.

Vincenzo De Luca est le président de la Campanie, la région de Naples et Pompéi, en Italie. Vendredi soir, comme d'autres responsables politiques avant lui, il annonce de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation du Covid-19. "Les demi-mesures ne sont plus utiles. Au plus vite nous prendrons des décisions fortes, mieux ce sera, estime-t-il. Dans le cas contraire, nous serons obligés de prendre des décisions encore plus sérieuses avec le couteau sous la gorge."


►►► À lire aussi : L'Italie resserre la vis pour éviter un redémarrage de la pandémie


Un discours somme toute semblable à beaucoup d'autres. Vincenzo De Luca entendait fermer les crèches et les écoles... avant de revenir sur sa décision face aux oppositions virulentes de la population campanienne. Selon lui, les personnes qui ont propagé l'épidémie en ne portant pas de masque doivent être considérées comme les auteurs d'un crime.

Le drôle d'Halloween de Vincenzo

Le démocrate finit par révéler son intention d'instaurer un couvre-feu dès 22 heures, en insistant sur une date en particulier : le weekend d'Halloween. Car Vincenzo De Luca n'aime pas Halloween. Il déteste, méprise, exècre Halloween. "La nuit d'Halloween, cette espèce de connerie américaine importée dans notre pays, ce monument à l'imbécilité ; nous fermerons tout à 22 heures. Ce sera un véritable couvre-feu, et les déplacements ne seront pas autorisés non plus." Le ton est donné.

La situation sanitaire est donc l'occasion pour Vincenzo De Luca de clamer tout le mal qu'il pense de cette tradition et de jouer les trouble-fête. Résultat : pas de bonbons ni de soupe au potiron pour les Napolitains cette année.

Situation préoccupante

Derrière ce discours autour d'Halloween se cachent toutefois de réelles préoccupations. La région métropolitaine de Naples est la plus densément peuplée d'Europe.

"La situation démographique en Campanie est très délicate, confirme Vincenzo De Luca. Malheur à nous si nous perdons le contrôle. C’est pour cela que nous devons prendre des décisions rigoureuses avant les autres. L’objectif fondamental est de sauver des vies, pas de réduire le nombre d’infections", explique-t-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK