Malaisie: une jeune fille se suicide après un sondage sur Instagram

L'adolescente s'est donné la mort après qu'une majorité de ses followers ait voté "pour"
L'adolescente s'est donné la mort après qu'une majorité de ses followers ait voté "pour" - © f.yu.wen/Instgram

Une adolescente malaisienne, Davia Emelia, a publié un sondage sur son compte Instagram lundi demandant si elle devait vivre ou mettre fin à ses jours. Elle s'est suicidée après avoir vu la majorité de ses followers voter pour la mort. La jeune fille, âgée de 16 ans et habitant à Kuching dans l'Etat malaisien de Sarawak, s'est jetée du toit d'un immeuble.

« Très important, aidez-moi à choisir entre D/L », a-t-elle écrit sur le site de partage de photos, les lettres « D/L » signifiant death/life (mort/vie). 69% des abonnés à son compte avaient choisi « D », a déclaré le chef de la police locale, Aidil Bolhassan.

Instagram, qui appartient au groupe Facebook, a examiné le compte de la victime et constaté que le sondage que cette dernière avait mis en ligne et qui s'étendait sur une période de 24 heures s'est terminé par 88% en faveur de « la vie ». Mais un grand nombre d'internautes ont pu voter après l'annonce de la mort de l'adolescente, a reconnu une représentante de la société en Malaisie, Serena Siew.

L'incitation au suicide est passible de la peine capitale en Malaisie

Ce suicide a déclenché de multiples réactions en Malaisie. Ramkarpal Singh, membre du Parlement, a déclaré que ceux qui avaient voté pour la mort pourraient être poursuivis pour incitation au suicide, qui est passible de la peine capitale en Malaisie lorsqu'il s'agit d'un mineur. « Cette jeune fille serait-elle vivante aujourd'hui si une majorité d'internautes sur son compte Instagram l'avaient dissuadée de se donner la mort ? » a interrogé ce député.

Il a aussi appelé à l'ouverture d'une enquête « pour éviter d'autres abus sur les réseaux sociaux dans de semblables circonstances à l'avenir ».

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Syed Saddiq, s'est dit inquiet pour la santé mentale des jeunes en Malaisie. « C'est un problème national qui doit être traité sérieusement », a-t-il déclaré.

Ching Yee Wong, la responsable de la communication d'Instagram pour l'Asie Pacifique, a transmis ses condoléances à la famille. Elle a reconnu que le réseau social avait « l'importante responsabilité de s'assurer que les gens qui utilisent Instagram se sentent en sécurité et soutenus ». Et elle a appelé ceux qui y recourent « à utiliser les outils de signalement et à contacter les services d'urgence s'ils voient que la sécurité de quelqu'un est en danger ».

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK