Luz: "Hollande, je veux le garder parce qu'il nous a fait rire"

Luz: "On s'est marré comme des cons"
Luz: "On s'est marré comme des cons" - © France Inter

Le fou rire de la "bande à Charlie" lors de la marche républicaine de ce dimanche à Paris, on le doit à un pigeon. Une anecdote dans un moment très solennel qui a non seulement fait le tour des réseaux sociaux mais aussi a permis aux proches des victimes de l'attaque de Charlie Hebdo de sortir "de cette chape d'émotion", a expliqué ce lundi matin sur France Inter, Luz, dessinateur emblématique de l’hebdo et rescapé de la tuerie.

"Tout le monde le sait alors ?", s'est interrogé Luz lors de son interview avec Léa Salamé sur France Inter ce lundi matin.

Le caricaturiste est alors revenu sur le déroulement de la scène (un peu avant la 8ème minute de l'interview) en expliquant qu'en voyant tomber cette fiente de pigeon sur l'épaule, il a un peu perdu le fil de ses idées : "J'avais un truc à lui dire...et puis je vois la fiente de pigeon tomber sur l'épaule et puis je me dis : 'Merde ! Qu'est-ce que je voulais dire déjà ?".

Bref, "on a rigolé comme des cons", a-t-il déclaré, "Hollande, je veux le garder! Parce qu'il nous a fait rire dans un moment pareil. Il peut venir à la rédaction quand il veut. C'était la plus belle des blagues (...) qui nous a sorti de cette chape d'émotion, de cette chape de symbolisme et dont on va avoir du mal à sortir, mais on tient bon !".

Retour sur ce moment en images où l'on voit la "bande à Charlie" se marrer alors que François Hollande prend l'urgentiste et chroniqueur de l'hebdomadaire Patrick Pelloux dans les bras:

Quelques réactions sur Twitter:

C. Biourge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK