Les hommes des cavernes des temps modernes, la nouvelle tendance YouTube

temporary-20180817051935
6 images
temporary-20180817051935 - © Tous droits réservés

Qu’est-ce qui permet à une vidéo d’avoir un grand succès sur les plateformes des réseaux sociaux, et générer un grand nombre de vues?  La plupart du temps, c’est grâce au sens de l’humour du youtubeur, sa présence, son charisme, ou ses idées originales. Très souvent, c’est parce la vidéo met en scène des chatons roulés en boule qui ronronnent joyeusement, ou un gros matou submergé par des poussins. 

Mais la dernière tendance sur YouTube est un peu étrange. Regarder un homme au torse et pieds nus construire une cabane en n’utilisant que des outils traditionnels qu’il a confectionnés lui-même, et ceci pendant quatorze longues minutes dans un silence total, n’est certainement pas quelque chose qu’on a l’habitude de voir. Il n’y a pas de fond sonore, pas d'explications, et il ne regarde jamais la caméra. Toutefois, cette vidéo a réussi à générer 54 millions de vues. Chose qui est plutôt surprenante. 

Mais qui est au juste ce Il” qui bâtit des cabanes, des fours traditionnels, des arcs et des lances en bois, et attrape des crevettes en utilisant un piège construit à base de canne d’avocat? Pendant très longtemps, son identité est restée un mystère. On le connaissait simplement comme l’homme derrière la page YouTube "Primitive Technology". 

Il a créé celle-ci en 2015, et elle compte aujourd’hui 39 vidéos, et 8,5 M d’abonnés. Sur sa chaîne, il précise qu'il habite au nord de Queensland en Australie, qu’il ne vit pas dans la nature, mais qu’il prend simplement plaisir à construire divers outils, machines, et armes selon le concept de la technologie primitive. Il explique celui-ci comme étant: 

 Un hobby qui se base sur la construction de différentes choses, en partant de rien et sans avoir recours aux outils et matériaux modernes. Ce sont des règles strictes : Pour faire un feu, on utilise un bâton à feu. Si on a besoin d’une hache, on taille une pierre pour en faire une, et si on veut bâtir une cabane, on la construit en utilisant les troncs d’arbres, la boue, les pierres, etc. Le challenge est de voir à quel point on peut se passer des outils de la technologie moderne.

Ce n’est qu’en septembre dernier, quand cet homme a accordé une interview via e-mail au site de CNBC, que des détails sur son identité ont été révélés. Il s’appelle John Plant, un trentenaire licencié en sciences qui tondait les pelouses à plein temps. Un job qu’il a vite laissé tomber quand ces vidéos YouTube sont devenue plus lucratives.  

C'est durant son enfance qu’il a développé un intérêt pour ce concept particulier. Il avait l’habitude de construire de petites cabanes près d’un ruisseau derrière sa maison, en utilisant des choses qu’il trouvait dans la nature. A l’âge de 18 ans, John avait perfectionné ses compétences et a appris à faire un feu en utilisant des bâtons et des feuilles d’arbre.  

La décision de ne pas parler durant ses vidéos n’est pas un choix artistique, ni même une ruse pour pousser les téléspectateurs à se focaliser sur les bruits. C'est tout simplement parce que quand il regarde un tutoriel, il zappe toujours l’explication et préfère regarder la démonstration.

Ses vidéos ne sont pas réalisées dans le but de montrer aux internautes comment construire telle ou telle chose, mais plutôt pour leur permettre de savourer ce moment passé à faire un travail manuel en plein nature, en utilisant des moyens traditionnels.   

Même si John Plant ne parle jamais durant ses vidéos, il est possible d’activer les sous-titres afin de lire les instructions et commentaires pour ceux que ça intéresse. Mais il faut admettre que le mélange entre la beauté des bruits de la nature, et la manière dont John se concentre sur son travail en faisant preuve de beaucoup de passion et de patience a un effet hypnotisant. Les internautes trouvent ses vidéos apaisantes, et même thérapeutiques.  

La chaîne de John Plant a inspiré un grand nombre de personnes qui se sont mises aussi dans la peau d’un Robinson Crusoé des temps modernes, et deviennent des adeptes de la Primitive Technology. Mais John assure ses fans qui traitent ceux-ci d’imitateurs qu’il n’a pas inventé le concept, et qu’il n’est lui aussi qu’un simple disciple.  

Il a un blog dans lequel il explique en profondeur comment il a réalisé ses projets, et les ressources employées. Mais une chose est sûre, sa popularité est mondiale et ne fait qu’augmenter. 

Dans le même style que John Plant, sur la chaîne YouTube singapourienne Primitive Survival Tool, on a construit un temple, une piscine, et même une maison de Hobbit.

En Chine, c’est une jeune femme connue sous le nom de sa chaîne YouTube “7 Prunes” qui fait fureur. Dans ses vidéos, elle prépare divers plats succulents, confectionne du papier, du maquillage, et même une peinture naturelle à base d’épluchure de raisins qu’elle utilise pour teinter le tissu qu’elle transforme en robe par la suite. Elle aussi ne parle jamais à la caméra, mais on entend parfois des bribes de conversations en chinois. Toutes ses vidéos sont accompagnées de musique traditionnelle, ce qui crée une ambiance apaisante, et nous transporte dans un monde où le temps ne semble pas exister, et dans lequel on peut passer toute une journée à préparer du kimchi.

Cette tendance à explorer nos racines et origines, à faire renaître nos anciennes traditions oubliées, et à prendre un peu de distance par rapport à la technologie moderne, est en pleine floraison aujourd’hui. 

Et si vous n’êtes pas impressionnés par tous ces youTubeurs, vous pouvez toujours admirer cette parodie qui a généré 1,3 M de vues.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK